header banner
Default

🔴 Suivez en direct le procès du fondateur de FTX, Sam Bankman-Fried (SBF)


Table of Contents

Alors qu’il y a presque un an l’empire FTX / Alameda Research s’écroulait, dévoilant une vaste fraude orchestrée par Sam Bankman-Fried, l’heure est maintenant au procès pour celui que l’on surnomme « SBF ». Le Journal du Coin vous propose de suivre cet évènement en direct afin de ne rien manquer sur le procès de celui qui fut à la tête de la seconde plateforme crypto au monde.

Jeudi 2 novembre : Le procès de Sam Bankman-Fried touche à sa fin

🔵 18:45 – Après une pause déjeuner, le procès reprend et le juge Kaplan continue de donner les consignes aux jurés sur les différents chefs d’accusation.

🔵 17:08 – Le juge continu et aborde maintenant les chefs d’accusation 2 et 4 :

Pour les accusations de complot des chefs 2 et 4, il suffit que 2 personnes ou plus soient parvenues à un accord commun pour violer la loi.

🔵 16:45 – Le juge Kaplan se lève pour parler au jury : 

Le gouvernement n’a pas besoin de prouver que la victime a réellement subi un préjudice, mais seulement que l’accusé envisageait un préjudice. Et il n’est pas nécessaire que l’accusé ait participé au stratagème depuis le début. (…) L’implication d’un avocat ne constitue pas en soi une défense. L’intention peut être déduite de preuves circonstancielles.

🔵 16:30 – Après une courte pause, l’adjoint au tribunal annonce :

Spectateurs, le tribunal est sur le point de donner des instructions au jury. Vous devez soit partir, soit rester pendant toute la durée. Veuillez verrouiller les portes.

Le juge Kaplan prend la parole :

L’accusé a plaidé non coupable. La charge incombe à l’accusation. Les chefs 1 et 3 concernent des crimes substantiels ; le reste sont des chefs d’accusation de complot.

Le chef d’accusation 1 implique un stratagème visant à frauder les clients de FTX à l’aide de virements interétatiques.

Le chef d’accusation 3 implique un stratagème visant à frauder les prêteurs d’Alameda à l’aide de virements interétatiques.

🔵 16:00 – Danielle Sassoon termine sa plaidoirie en demandant au jury de « délibérer sans crainte… et de déclarer Sam Bankman-Fried coupable ».

La défense prétend que parce qu’il a supprimé le tweet, il va bien. C’est une blague. Il a tenté de tromper les clients, puis de détruire les preuves. Il a fait de fausses déclarations à la presse. Il pensait qu’il ne serait jamais attrapé.

Il a participé à Good Morning America pour la même raison qu’il a envoyé un fil de tweet confidentiel. Ne tombez pas dans le panneau.

« Lorsque SBF a déclaré que FTX avait assez de fonds pour couvrir les avoirs des clients, c’était un mensonge »

🔵 15:30 – Danielle Sassoon revient ensuite sur les différents éléments révélés lors des auditions de Caroline Ellison, Gary Wang et Nishad Singh.

Les témoins ayant coopéré ont été concordants. (…) L’accusé a ébloui le Congrès et les médias. Mais la défense veut vous faire croire qu’il n’en avait aucune idée. Qu’il ne connaissait pas le code. Qu’il n’a jamais consulté la base de données. Qu’il autorisait des dépenses énormes sans le savoir.

Pensez à juin [2022] : les choses s’effondraient mais l’accusé n’aurait soi-disant rien examiné : le bug, les 7 feuilles de calcul. C’est absurde. Soudain, il découvre un passif de 10 milliards de dollars et il vaque à ses occupations. C’est une histoire inventée.

« Même si vous croyez tout ce que l’accusé a dit à la barre, il est toujours coupable de fraude »

Même si vous croyez tout ce que l’accusé a dit à la barre, il est toujours coupable de fraude. Il était la plaque tournante de cette fraude. Nous n’avons pas besoin de prouver qu’il s’agissait d’une fraude dès le premier jour. Les preuves le montrent. Mais même à partir de septembre 2022, c’est de la fraude

Il a essayé de collecter des fonds au Moyen-Orient pour combler le trou géant, massif et irrécupérable. Le juge Kaplan vous parlera d’évitement conscient – et c’est ce que l’accusé a fait. Et un seul acte suffit à prouver le complot.

🔵 15:00 – L’avocat adjoint des États-Unis, Danielle Sassoon prend la parole : 

Dites à vos clients de vous confier leur argent, puis prenez cet argent et dépensez-le pour vous-même. Ce n’est pas une décision commerciale raisonnable. C’est de la fraude. (…)

Si l’accusé adopte cette position, scrutez-le. Cela ne correspondait pas. Cela ne dépend pas des conditions de service. Il s’agit de toutes ses représentations : ses tweets, son témoignage au Congrès, la politique de gestion d’actifs…

Il s’agit d’une personne qui pensait pouvoir devenir président des États-Unis. Il n’était pas satisfait d’une société de trading de cryptomonnaies. Il voulait un exchange. Il voulait écraser son rival Binance. Il voulait de l’influence et du pouvoir.

Il voulait se présenter comme légitime. M. Cohen dit que les épisodes de 2022 se sont produits après que le défendeur ait collecté des fonds. C’est tout simplement faux. (…)

M. Cohen n’avait pas de réponse à feuille de calcul du défendeur avec la ligne de crédit de 65 milliards de dollars d’Alameda. Il connaissait les lignes de crédit, directement depuis la base de données. La défense n’a pas de réponse.

« Il voulait un exchange. Il voulait écraser son rival Binance. Il voulait de l’influence et du pouvoir »

En 2021 Caroline Ellison et le défendeur ont convenu qu’ils devraient utiliser l’argent des clients FTX. La feuille de calcul qu’ils ont préparée selon les instructions du défendeur montre qu’Alameda devait 10 milliards de dollars. Sans réponses, la défense est devenue désespérée.

L’accusé était une personne différente en public qu’en privé. Sa relation amoureuse avec Caroline Ellison, il était important de vous montrer pourquoi il l’a choisie. Il avait tout les pouvoirs. La défense prétend que ses ex-collègues ont menti, c’est scandaleux. Ils ont dit la vérité. Cette accusation désespérée, ils doivent la faire. Si vous croyez à l’un des trois, l’accusé est coupable.

🔵 15:00 – Le procès reprend avec la question de la délibération du jury. Le fait de remplacer l’un d’entre eux est abordé, ainsi que la durée de cette journée que le juge Kaplan explique ne pas vouloir voir durer au delà de 20h15.

L’un des avocats de Sam Bankman-Fried – Christian Everdell – explique qu’il y aurait « un problème avec l’acte d’accusation ». Ce à quoi le juge Kaplan répond exaspéré : « rien de tel que d’attendre la dernière minute ». Mais comme il ne s’agit visiblement pas d’un « sujet de controverse, » le juge fait entrer le jury.

Peu d’informations sont disponibles sur le déroulé exact de cette fin de procès de Sam Bankman-Fried. Selon le compte X de Inner City Press, il reste encore à suivre le résumé de la réfutation, l’exposé du jury et les délibérations.

Sauf surprise, la culpabilité de Sam Bankman-Fried semble difficile à réfuter. La principale question restant de savoir quelle sera sa peine.

Mais avant de se lancer dans la dernière ligne droite de ce procès, un petit retour sur les plaidoiries menées hier par l’accusation et l’avocat de la défense semble nécessaire.

Bonne lecture.

Mercredi 1er Novembre : L’heure des plaidoiries dans le procès SBF

« Il ne s’agit pas de questions compliquées sur les cryptomonnaies. Il s’agit de mensonges, de vols et de cupidité

🔵 21:00 – Fin de la pause depuis une heure environ, le procureur continue sa plaidoirie nous vous proposons de nouveaux quelques morceaux choisis de sa conclusion :

Le défendeur est accusé de sept chefs d’accusation, répartis en quatre catégories : fraude envers les clients de FTX, fraude envers les investisseurs de FTX, fraude envers les prêteurs d’Alameda et conspiration en vue de commettre un blanchiment d’argent (…)

Maintenant, les arguments de la défense, à savoir qu’il a agi de bonne foi, qu’il pensait que tout s’arrangerait, ou qu’il s’agissait d’un prêt sur marge. Sur le premier point, le défendeur a supprimé des communications, on peut en déduire qu’il n’était pas de bonne foi.

Can Sun s’est promené avec le défendeur et lui a dit qu’il n’y avait aucune justification, seulement des arguments théoriques qui ne fonctionnent pas. Et sa réaction ? Il le reconnaît, en disant quelque chose comme « j’ai compris».

Permettez-moi de vous laisser sur cette réflexion : des gens ordinaires ont perdu des économies à cause de la fraude de ce prévenu. Parce qu’il voulait plus d’argent.

Laissons les preuves prévaloir sur son récit. Il a menti. Il est coupable. Rendez ce verdict : il est coupable.

🔵 18:00 – Nous sommes au coeur de la plaidoirie du procureur qui continue de souligner le déni de Sam Bankman-Fried face aux faits accablants. Après une accumulation et une énumération des preuves contre l’accusé, le procureur demande une pause déjeuner :

« Le défendeur savait qu’Alameda ne pouvait pas rembourser la dette. Nishad voit le trou géant et panique. L’accusé, lui, non. Il s’en est accommodé. Il voulait utiliser l’argent. Il l’a utilisé. Il a eu l’arrogance de croire qu’il s’en sortirait (…) Puis, quand tout s’est effondré, il a menti sur Twitter. Cela montre qu’il avait une intention criminelle. Il n’avait qu’un tiers de l’argent. Votre Honneur, je pourrais m’arrêter ici.»

🔵 17:15Plaidoirie du Procureur Ross : seconde partie

Après une courte pause, le procureur reprend sa plaidoirie à charge contre Sam Bankman-Fried accusé d’avoir dirigé toute la fraude FTX/ Alameda. Il poursuit :

« Le prévenu avait le choix : se dédouaner ou doubler la mise ? Il a doublé la mise. Il a utilisé l’argent de ses clients pour racheter les actions de FTX sur Binance. Elle était dirigée par le type de gauche [photo de SBF et CZ sur les écrans des jurés]. Cela a coûté 2 milliards de dollars.

Caroline vous a dit qu’elle avait calculé que dépenser 3 milliards de plus était une mauvaise idée. L’accusé a dit qu’il voulait continuer. Il savait que l’argent venait des clients. Mais il l’a quand même dépensé. Il a été interrogé à ce sujet et s’est dérobé

Ensuite, il y a eu l’appartement de plus de 30 millions de dollars et la maison de 16 millions de dollars pour ses parents, qui provenaient tous de l’argent des clients. [Inner City Press s’interroge : les parents ne savaient-ils pas d’où venait l’argent ? Joe Bankman a participé à toutes les discussions de Signal, jusqu’à la fin].

L’accusé a prétendu qu’il avait fait les investissements mais qu’il ne voulait les faire que si Alameda se couvrait. Ce n’est pas le problème. Il a pris l’argent et a joué à la roulette avec. Il a volé. »

🔵 15:30 Plaidoirie du Procureur Ross : première partie

« Il y a près d’un an, les gens ont commencé à se retirer de FTX. Des milliers de personnes ont tenté de retirer leurs économies. Mais ils n’ont pas pu. Ils étaient pris d’angoisse, à chaque clic. FTX est en faillite. Lorsque la poussière est retombée, une question a émergé. Où était passé l’argent ? Qui était responsable ? La réponse ? Cet homme, Samuel Bankman-Fried.

Il a dépensé l’argent de ses clients et a menti à ce sujet. L’argent a servi à couvrir des dépenses, à acheter des biens immobiliers et à faire des dons politiques. Il s’agissait d’une pyramide de tromperies, tout cela pour obtenir de l’argent. Elle a fini par s’effondrer, laissant d’innombrables victimes dans son sillage.(…)

Commençons par quelques faits simples. Des milliers de clients ont placé des millions sur FTX. Ils croyaient que leurs dépôts leur appartenaient. Marc Antoine Julliard est venu de Londres et vous a dit qu’il n’avait jamais signé pour cela. Des publicités avec Tom Brady et Larry David disaient que FTX était sûr. Adam Yedidia a démissionné. Can Sun a démissionné. Les partenaires criminels de l’accusé ont dit la même chose – Caroline Ellison, Gary Wang, Nichad Singh : les fonds des clients n’étaient pas autorisés à être utilisés par Alameda, FTX ou qui que ce soit d’autre. 10 milliards de dollars ont disparu. Et l’accusé en était responsable.

Vous avez entendu parler des bitcoins et des blockchains, des soi-disant comptes coréens. Voici ce qu’il en est. Il ne s’agit pas de questions compliquées sur les cryptomonnaies. Il s’agit de mensonges, de vols et de cupidité.

Le principal différend ici est de savoir si l’accusé savait que prendre l’argent était mal. Il le savait. Il l’a quand même fait. Il pensait qu’il était plus intelligent et qu’il pouvait s’en sortir (…) Mais comment était-il lors du contre-interrogatoire ?

Il ne se souvenait pas d’un seul détail. Il était mal à l’aise. Il a demandé que l’on définisse des termes qu’il avait déjà utilisés. Il a essayé de raconter une histoire pour s’exclure de la fraude. C’était un mensonge. Pendant trois jours, il s’est présenté à la barre et il a menti.

(…) La défense était Alameda. Propriétaire à 90%. Elle a contracté des prêts pour faire du crypto trading. Ensuite, le défendeur a lancé FTX et a commencé à recevoir de l’argent des clients. Il pensait qu’il s’agissait d’une nouvelle source d’argent pour Alameda.

Il a déclaré au Congrès que les garanties devaient être placées sur les plateformes crypto elles-même, et non simplement mises en gage (…) Il a mis en place un système public pour tous les autres et un système secret pour Alameda. Il a demandé à Wang et Singh de le programmer. Le nom n’était pas très créatif, il s’appelait « Allow Negative » ( autoriser le négatif ndlr).

Il vous a dit qu’il n’avait jamais consulté le code ou la base de données. Ce n’est pas crédible. Cela n’a pas non plus d’importance. Il a dit à ses adjoints de faire ces choses – et c’était une fraude, c’était du vol. Il connaissait profondément tout ça.

Ellison vous l’a dit : « nous avons reçu les fonds directement dans le cadre du système de dépôt en monnaie fiduciaire ». L’accusé l’a mis en place bien avant qu’Ellison ne soit PDG. Il s’appelait North Dimension. Il a ouvert le compte (…). Caroline Ellison n’avait pas accès à FTX. Gary et Nishad n’auraient pas pu agir seuls sans l’accusé. L’accusé vous a menti en disant qu’il ne savait pas. Une seule personne avait le mobile. Qui contrôlait FTX pour donner à Alameda un accès secret ? Et l’accès à Alameda, pour dépenser cet argent ? Une seule personne : l’accusé.

Il a menti au public et a répété les mêmes mensonges à la barre des témoins. Il a dit au Congrès et au public qu’ils pouvaient consulter les actifs qu’ils possédaient et qui étaient conservés par FTX. Ce n’est pas vrai : en coulisses, l’argent n’était pas là.

Inner City Press

🔵 15:00 – Une nouvelle journée de procès reprend et le dénouement se fait sentir. La journée d’aujourd’hui sera consacrée aux plaidoiries finales de l’accusation et à la défense. Le jury devra ensuite se prononcer. Le procureur commence sa plaidoirie.

Mardi 31 octobre : Sam Bankman-Fried ou un déni à 8 milliards de dollars

🔵 18:45 – Après avoir continué un interrogatoire non productif l’avocat de Sam Bankman-Fried annonce avoir terminé. Le juge Kaplan indique aux diverses parties prenantes que les plaidoiries finales auront lieu demain, première heure. Dans la foulée, l’avocat de SBF demande un jugement d’acquittement, qui lui sera refusé. Les témoins de la défense de SBF ne témoigneront finalement pas. La séance est levée pour aujourd’hui, rendez vous demain pour les plaidoiries finales de l’avocat Mark Cohen et de la procureure Danielle Sassoon. D’ici là, nous vous proposons un peu petit peu de lecture pour patienter.

🔵 17:35Une nouvelle journée de procès a démarré depuis près d’une heure maintenant. Ce qu’il faut retenir :

  • L’avocat de SBF reprend la main pour à nouveau interroger son client. Les questions semblent sans grand intérêt, à tel point que le juge Kaplan décide d’interrompre l’échange pour permettre la tenue de la pause du matin.
  • Le procureur conclut son contre-interrogatoire en questionnant SBF sur le fait que ses ex-bras droits ont choisi de coopérer avec la justice américaine et de plaider coupable. SBF dit qu’il ne se souvient pas du moment où il a appris la stratégie choisie par Ellison, Wang et Singh, mais qu’il s’en doutait.
  • La discussion, toujours menée par la procureur qui mène son contre-interrogatoire, tourne autour d’une discussion que SBF aurait entretenu avec Adam Yedidia à propos de la dette de 8 milliards de dollars d’Alameda. Lassé des largesses de SBF, le juge Kaplan tape du poing sur la table :

Juge Kaplan : M. Bankman-Fried, [Adam Yedidia] vous a-t-il dit en paroles ou en substance [qu’Alameda devait 8 milliards de dollars à FTX] ?
SBF : Je ne me souviens pas qu’il l’ait dit ce jour-là.
Juge Kaplan : Je ne vous ai pas posé la question à propos de ce jour-là.

SBF : Oh, désolé. Oui, il me l’a dit plus tard.

  • SBF indique qu’il pensait que dépenser les dépôts fiduciaires des clients « faisait partie de la gestion des risques »…
  • Après quelques échanges durant lesquels SBF dit ne plus se souvenir de qui intervenait dans l’équipe de trading d’Alameda sur le compte comportant les dépôts des clients, le procureur lance la phrase suivante. « Des inconnus ont dépensé 8 milliards de dollars à votre insu ? »
  • SBF est interrogé sur le fait que le Premier ministre des Bahamas aurait obtenu le droit d’avoir son siège dédié au sein de la Miami Heat Arena sponsorisée par FTX, Sam Bankman-Fried répond de nouveau « je ne m’en souviens pas ». Le procureur confronte immédiatement SBF en lui montrant la capture d’écran d’un message envoyé par ce dernier. « Voici un message dans lequel vous dites qu’il est assis dans le carré FTX avec sa femme. »
  • Questionné sur ses liens avec le gouvernement des Bahamas, SBF semble à nouveau amnésique et lâche au cours de la conversation un nouveau « je ne m’en souviens pas ».

Lundi 30 octobre : Début de la 5ᵉ semaine (S05E01) du procès de Sam Bankman-Fried

🔵 20:45 – Après une courte pause, c’est la reprise du procès. Nouvel échange surprenant entre le procureur et Sam Bankman-Fried qui encore une fois peine à dire la vérité.

Procureur : Avez-vous révélé à vos clients que le moteur de risque avait été exploité ?
SBF : Je peux vous expliquer si vous le souhaitez.
Procureur : C’est bon. Cet incident s’est produit en avril 2021, puis vous avez levé des fonds auprès de sociétés de capital-risque et l’avez rendu public, n’est-ce pas ?
SBF : Oui.
Procureur : Nishad vous a dit qu’il avait obtenu un chiffre d’affaires supérieur à 1 milliard de dollars – vous avez déclaré avoir été surpris, n’est-ce pas ?
SBF : C’est exact.
Procureur : Vous avez envoyé des feuilles de statistiques FTX, n’est-ce pas ?
SBF : Oui.
Procureur : Si nous passons à cet onglet de données, il s’agit d’une ventilation des revenus, oui ?
SBF : Oui
Procureur : Il n’y a pas de colonne pour les revenus de piquetage, n’est-ce pas ?
SBF : Je n’en vois pas ici. Il y a d’autres choses que je ne vois pas.
Procureur : Mais vous déclarez ici des revenus supérieurs à 1 milliard de dollars pour 2021, n’est-ce pas ? (…)
SBF : Oui.

🔵 20:15 – Après un retour de la pause déjeuner et un nouvel échange avec Sam Bankman le procureur continue son interrogatoire. Il revient sur des propos que Sam Bankman-Fried et tente de lui tirer les vers du nez.

Procureur : Vous avez dit « une pièce neutre de l’infrastructure du marché ». C’est dans cet article ? ( sous entendu Alameda et FTX ne sont pas liées )
SBF : Je ne me souviens pas vraiment l’avoir dit.
Procureur : Mais vous l’avez dit.
SBF : Sans doute.
Procureur : Est-ce que vous affirmez que ces journalistes ont menti sur ce que vous avez dit ?
SBF : Je n’en suis pas sûr
Juge Kaplan : Monsieur, vous rappelez-vous avoir dit cela en paroles OU en substance ?
SBF : Euh, oui.
Procureur : Faux vous a parlé dans votre appartement pendant 11 heures ?
SBF : Non.
Procureur : 5 heures ?
SBF : Non. Peut-être une heure.

SBF affirmait qu’Alameda était une « entité distincte de FTX »

🔵 17:55 – Avant la pause du déjeuner, le procureur insiste encore sur le statut de FTX, Alameda et du rôle effectif de Sam Bankman-Fried au sein de ces deux entités. Finalement, l’ex-PDG de FTX admet à demi-mot que la société Alameda pouvait accéder à une autorisation de découvert quasi illimitée.

Procureur : N’avez-vous pas affirmé en 2022 qu’Alameda était une entité entièrement distincte ?
SBF : Plus ou moins.
Procureur : Vous avez qualifié FTX d’élément neutre de l’infrastructure de marché ?
SBF : Je ne me souviens pas avoir dit ça. Je pourrais l’avoir fait.
Procureur : Niez-vous qu’Alameda ait eu des comptes avec le drapeau Autoriser les négatifs ?
SBF : Non.
Procureur : Niez-vous qu’Alameda puisse retirer des milliards sans risquer d’être liquidée ?
SBF : C’est peut-être vrai.
Procureur : Vous ne le niez pas.
SBF : Non, je ne le nie pas.

🔵 17:35 – Le procureur aborde les démarches réglementaires menées par Sam Bankman-Fried, présentées par l’intéressé sur Twitter comme « un avantage pour la protection de ses clients ». Il met en avant le fait que cela aurait surtout pu permettre à la plateforme FTX de « prendre des parts de marché à Binance ».

🔵 17:25 – De toute évidence, le procureur tente de prouver la connaissance des faits de Sam Bankman-Fried dans les différentes fraudes opérées au sein de FTX. Mais également sa mauvaise foi évidente dans le cadre de la gestion de crise qui a entouré son effondrement :

Procureur : En octobre 2022, vous avez dit que le cœur de la crypto était de posséder vos propres actifs ?
SBF : Je ne m’en souviens pas.
Procureur : Publiez-le, M. Bianco. Quelle est la date de ce tweet ?
SBF : Il est écrit 22 octobre 2022.
Procureur : Vous étiez au courant du passif de 8 milliards de dollars ?
SBF : C’est vrai.

Procureur : En octobre [2022], vous avez déclaré publiquement que les clients comptaient plus que tout ?
SBF : Peut-être.
Procureur : Vous vouliez que les clients FTX vous fassent confiance ?
SBF : Cela aurait été idéal, oui.

« J’ai utilisé des fonds de clients parce que c’était le seul moyen d’autoriser les retraits pendant l’effondrement »

🔵 17:10 – Le procureur poursuit avec son interrogatoire. Il cherche visiblement à démontrer que Sam Bankman-Fried a vendu à ses clients une plateforme FTX « plus sûr que les autres bourses ».

Pourtant, lors d’une interview donnée au youtubeur Coffeezilla, SBF a affirmé (lu par le procureur) :

« J’ai utilisé des fonds de clients parce que c’était le seul moyen d’autoriser les retraits pendant l’effondrement. Si vous pensez que j’aurais dû me précipiter pour coder un système de retrait respectant les conditions FTX pour protéger les fonds des clients, alors je ne suis pas d’accord avec vous. »

🔵 16:40 – Le procureur énumère de nombreuses situations au cours desquelles Sam Bankman-Fried était présent et décisionnaire dans le cadre d’opérations menées au sein de la société Alameda. À chaque fois l’accusé répond par l’affirmative.

Procureur : Vous avez fait une interview avec Mario Nawfal sur Twitter Spaces le 22 décembre 2022 ?
SBF : j’en ai fait quelques-unes
AUSA : Vous avez dit à Mario Nawful que vous n’étiez pas impliqué ?
SBF : je ne m’en souviens pas
.

Le procureur passe alors un passage de l’interview où l’on entend SBF dire : « je ne m’impliquais pas intentionnellement en raison d’un problème de conflit d’intérêts ».

Il est ensuite question d’un passage tiré d’un article du Financial Times, lu par le procureur : « le fondateur de FTX a insisté sur le fait qu’il s’était isolé. Voyez-vous cela ? »

🔵 16:30 – Le procès reprend après une courte pause. Le procureur interroge Sam Bankman-Fried sur sa position au sein de FTX et Alameda :

Procureur : M. Bankman-Fried, vous déteniez 90 % d’Alameda ?
SBF : Oui.
Procureur : Est-il juste de dire que FTX et Alameda étaient affiliés ?
Cohen, avocat de la SBF : Objection, forme.
Procureur : Vous étiez milliardaire ?
SBF : Oui
Procureur : Vous ne diriez pas que vous n’étiez pas du tout impliqué dans le trading d’Alameda ?
SBF : Cela dépend de ce que vous entendez par trading.
Procureur : Vous avez reçu des informations sur Alameda tout au long de l’année 2022 ?
SBF : Oui.
Procureur : Vous avez rencontré Caroline Ellison et Sam Trabucco ?
SBF : Oui.
Procureur : Vous pouviez contribuer aux décisions commerciales, n’est-ce pas ?
SBF : Oui.
Procureur : Vous étiez dans un groupe de discussion appelé Vertex ?
SBF : Oui.

Procureur : Vous avez dit à Caroline Ellison quand acheter certaines cryptomonnaies, n’est-ce pas ?
SBF : Je ne suis pas sûr de savoir à quoi vous faites référence.
Procureur : Montrez au témoin le document GX 1630. Vous, Mme Ellison et Sam Trabucco, le 25 janvier 2022 – vous avez utilisé le terme « nous » pour désigner Alameda, n’est-ce pas ?
SBF : Oui.

🔵 16:00 – Sam Bankman-Fried a fini par démissionner de son porte de PDG le 11 octobre. À cette époque il a répondu à une interview afin, selon lui, d’expliquer ce qu’il savait :

Cohen : Avez-vous parlé avec George Stephanopoulos, dans l’émission Good Morning America ?
SBF : Oui. Je voulais m’excuser.
Cohen : Avez-vous parlé avec la Commission des valeurs mobilières des Bahamas ?
SBF : Oui. Mon père était présent.
Cohen : Et alors ?
SBF : Gary et moi avons reçu pour instruction de transférer des actifs. J’essayais d’aider de toutes les manières possibles.

🔵 15:45 – Sam Bankman-Fried aborde la situation de Nishad Singh qui avait visiblement des prêts personnels en cours lors de l’effondrement de FTX :

Cohen : Avez-vous parlé avec Nishad Singh ?
SBF : Oui, sur ses finances personnelles et sa situation.
Cohen : Nishad a écrit, ça m’aiderait si je n’avais pas de dettes…
SBF : J’ai compris qu’il souhaitait se désengager de ses propres emprunts personnels.
Cohen : Quel était son comportement ?
SBF : Il était activement suicidaire. Nous avions un thérapeute de garde.

« Le 7 novembre, 4 milliards de dollars de retraits nets, 100 fois plus qu’une journée moyenne »

🔵 15:30 – La question du dépôt de bilan de la plateforme FTX est abordé :

Cohen : Passons à novembre. Que s’est-il passé le 11 ?
SBF : FTX a déposé le bilan.
Cohen : Le 2 novembre, que s’est-il passé ?
SBF : L’article de Coindesk, ils ont divulgué une ancienne copie d’un bilan de recherche d’Alameda.
Cohen : Comment avez-vous réagi ?
SBF : J’ai contacté Caroline, pour lui demander si elle souhaitait répondre. Nous avons opté pour un tweet.

Cohen : Allons au 6 novembre. Cela vient de CZ. Il a écrit : nous sommes en train de liquider le FTT dans nos comptes, n’est-ce pas ?
SBF : Oui. J’ai discuté avec Caroline pour savoir si nous devions envoyer un tweet en réponse. Les retraits des clients ont atteint 1 milliard de dollars le 6 novembre. J’étais inquiet.

Cohen : Comment avez-vous réagi ?
SBF : Caroline a envoyé un tweet, disant qu’on achèterait la FTT à 22$
Cohen : Le 7 novembre, qu’avez-vous observé concernant les retraits ?
SBF : Ils avaient augmenté. Le 7 novembre, 4 milliards de dollars de retraits nets, 100 fois plus qu’une journée moyenne. Nous risquions d’être confrontés à une crise de liquidité
.

Cohen : Vous avez tweeté : « les actifs vont bien ». Que vouliez-vous dire ?
SBF : Mon avis était que l’exchange allait bien, pas de trou en termes d’actifs.
Cohen : Vous avez dit ici, FTX continuera à traiter les retraits…
SBF : FTX n’a ​​réalisé aucun investissement avec les actifs des clients.
Cohen : Et alors ?
SBF : Crash des actifs d’Alameda. Il ne nous restait que très peu de marge.
Cohen : Quel impact les protections ont-elles eu ?
SBF : Très peu. J’ai supprimé le fil de tweet.

🔵 15:10 – Il est ensuite question de la gestion des risques mise en place par la plateforme FTX et Alameda :

Cohen : La plateforme FTX a-t-elle tentée de gérer les risques ?
SBF : Oui. Si un client devenait négatif, cela pourrait provoquer un tout. Nous avions donc le moteur de risque.
Cohen : Avez-vous eu des discussions à propos de l’assurance contre les risques ?
SBF : Oui. Avec Caroline Ellison et Sam Trabucco.
Cohen : Avec Mme Ellison, où ?
SBF : Dans le bureau de l’appartement Orchid. J’avais organisé la conversation. Après que Bitcoin soit tombé à 20 000 $. La valeur liquidative d’Alameda était d’environ 10 milliards de dollar.
Cohen : Qu’est-ce qu’elle a dit ?
SBF : Elle a commencé à pleurer
.

SBF : En septembre, je lui ai de nouveau posé des questions sur la gestion des risques. J’ai demandé quelle était l’échelle. Elle m’a donné ce chiffre. Je lui ai dit que j’étais content, mais qu’il devrait être plus élevé, au moins deux fois plus. Elle m’a envoyé des feuilles de calcul.

🔵 15:00 – Le procès a repris avec l’interrogatoire de Sam Bankman-Fried. Et afin de démontrer sa volonté de gérer les problèmes rencontrés, la défense présente une « liste de priorités de fin septembre – début octobre 2022 » que l’ex-PDG de FTX aurait soumis à ses salariés.

Mark Cohen, avocat de SBF : En tant que CEO, avez-vous établi des listes de priorités ?
SBF : Oui
Cohen : Qu’est-ce que c’est ?
SBF : Une liste de priorités de fin septembre – début octobre 2022.
SBF : L’équipe FTX était en train de créer une base de données afin que les non-développeurs puissent y avoir accès, y compris moi-même. Nous essayions d’accélérer les échanges.

Le procès de Sam Bankman-Fried reprend en ce début de semaine avec la poursuite de son témoignage. Une intervention toujours très attendue afin de tenter de démêler comment la faillite de la plateforme FTX a été provoquée.

Un dossier au sein duquel Sam Bankman-Fried semble toujours bien décidé à jouer la carte de l’innocence. Car selon ses déclarations lors de la semaine dernière, la faillite de FTX ne serait pas une affaire de fraude, mais simplement une accumulation de « grosses erreurs ». Et l’exercice de la défense semble consister à en reporter la responsabilité sur ses ex-collègues et associés…

Une affaire à suivre ce soir à partir de 16h.

Vendredi 27 octobre : Fin de la 4ᵉ semaine (S04E02) du procès de Sam Bankman-Fried

🔵 21:10 – L’avocat de SBF continue de noyer le poisson et de tergiverser. Il questionne SBF sur ses implications politiques et ses interventions à la Chambre du Congrès pour repasser sur le sujet des messageries Slack et Signal.
Nous apprenons également que SBF a demandé à Nishad Singh d’antidater les transactions de Staking de Serum (SRM) afin qu’il puisse faire passer le CA de FTX de 950 millions de $ à plus d’un milliard de $. Lors du procès on lui demande pourquoi, il répond : « Parce que c’était un chiffre rond ».
Le Juge réclame une pause.

🔵 20:15 – Toujours au sujet du marketing mis en place par SBF.

Avocat de SBF : Qui est sur cette photo ?
SBF : Katy Perry, Michael Kives, Kate Hudson et moi. Nous faisions une publicité pour le Super Bowl.
Avocat de SBF : Quand avez-vous rencontré Michael Kives ?
SBF : C’était chez Kives et je me promenais dans le stade, je les ai croisés et ils m’ont invité à entrer.
Avocat de SBF : Avez-vous investi dans le K5 de Kives ?
SBF : Oui
(…)
Avocat de SBF : Vouliez-vous contribuer aux candidats ( aux élections politiques, ndlr) ?
SBF : Oui. En 2020, puis davantage en 2021 et 2022.
Avocat de SBF : Pourquoi ?
SBF : Je pensais que je pouvais avoir un impact sur le monde.(…) Je m’intéressais à la prévention des pandémies. J’ai donc pensé que la politique était importante, le Congrès et le pouvoir exécutif. Certains ont été faits par FTX pour le lobbying de la crypto-monnaie – certains, pas la plupart.

🔵 20:05 – Après s’être fait reprendre par le juge Kaplan, l’avocat de SBF continue son interrogatoire et aborde le marketing de FTX, l’accusé confirme qu’il « n’avait pas d’expérience en la matière ». Est alors abordé l’affaire du Miami Dade Arena.

🔵 19:35 – Le procès reprend. Sam Bankman-Fried, toujours sous serment, continue de répondre aux questions parfois délétères de son avocat M.Cohen.
Il explique alors pourquoi avoir décidé de quitter Hong-Kong. Au-delà du COVID et des complications que les confinements ont provoqué pour le monde de l’entreprise, SBF évoqué également des différends avec la Chine. C’est là qu’il explique avoir déménagé sa société aux Bahamas et emménagé dans ce fameux Penthouse avec « Caroline Ellison, Adam & Andrea, Gary & Sheryl, Nishad & Claire, Ross et “Leila »

🔵 18:35 – Une pause de 1 heure est accordée pour le déjeuner, sur demande de l’avocat de Sam Bankman-Fried. Retour prévu vers 19 h 30 heure française.

« Caroline ne s’était pas concentrée sur la gestion des risques… »

🔵 18:30 – Retour à la relation entre FTX et Alameda, et plus précisément la position occupée par Sam Bankman-Fried une fois ces deux entités devenues importantes :

Cohen : La croissance de FTX a-t-elle eu un impact sur votre relation avec Alameda ?
SBF : J’ai dû arrêter d’être PDG. Mais j’étais toujours impliqué. Je l’ai confié à Caroline Ellison et Sam Trabucco. C’étaient des gens compétents, une bonne équipe. Ils étaient les meilleurs que j’avais. Caroline était une bonne manager, empathique. Elle n’était pas une développeuse de logiciels. Elle était douée pour faire des recherches. Elle ne s’était pas concentrée sur la gestion des risques…
Cohen : Trabucco s’est-il éloigné ?

SBF : Oui, vers ce qui était en fait une retraite anticipée. J’ai suggéré un nouveau co-PDG mais Caroline a dit non.

🔵 18:20 – Un discussion animé a lieu entre Sam Bankman-Fried et le procureur, lorsque ce dernier lui demande s’il sait ce qu’est la manipulation de marché. SBF répond que la définition donnée chez Jane Street est : « de mauvaises transactions pour modifier le prix d’un actif ».

Le juge Kaplan demande aux jurés de ne pas prendre en compte cette manière de voir les choses et de considérer la manipulation de marché comme elle est décrite dans les textes de loi.

🔵 18:20 – Il est maintenant question de la cryptomonnaie FTT, native de la plateforme FTX. Un jeton qui s’est rapidement retrouvé au centre de nombreuses catastrophes annexes lors de l’effondrement de l’exchange de Sam Bankman-Fried. Comme par exemple un prêt de 250 millions de dolars en FTT contracté par la société BlockFi.

Cohen : Parlez-moi du FTT ?
SBF : C’était le jeton de FTX.
Cohen : Qu’est-ce que l’achat et le burn ?
SBF : FTX utilisait chaque semaine un tiers de ses bénéfices pour racheter du FTT et le détruire (burn).
Cohen : Le jeton FTT était-il négocié sur la bourse FTX ?
SBF ? Oui. Et sur d’autres bourses comme Binance
.

Cohen : Est-il arrivé un moment où Binance a décidé de vendre ses FTT ?
SBF : Oui. Nous avons eu une réunion avec Sam Trabucco et Caroline Ellison.

🔵 17:45 – L’interrogatoire se poursuit au sujet de la relation entre FTX et Alameda, mais également le fameux négatif autorisé qui soulève tant de questions :

SBF : Alors j’ai dit à Gary, nous devons arrêter de telles liquidations du compte d’Alameda. Ils m’ont dit qu’ils l’avaient fait. Maintenant, je comprends que c’était ça la fameuse “autorisation de balance négative”.
Cohen : Parlez-moi de la ligne de crédit d’Alameda.
SBF : Il a grandi au fil du temps jusqu’à des milliards.
Cohen : Avez-vous eu une discussion ? Si oui, avec qui ?
SBF : Gary et Nishad. Nous avons augmenté la marge de crédit.

SBF : À l’époque, je n’étais pas tout à fait sûr de ce qui s’était passé. Je pensais que les fonds étaient détenus sur un compte bancaire ou envoyés à FTX avec des stablecoins. Si Alameda les conservait, je pensais que cela se refléterait sous la forme d’un montant négatif sur FTX.

« S’il y avait une liquidation erronée d’Alameda, ce serait catastrophique pour FTX »

🔵 17:25 – Le lien entre FTX et Alameda est abordé par l’avocat de Sam Bankman-Fried :

Cohen : Une fois la plateforme FTX opérationnelle, a-t-elle eu des relations avec Alameda ?
SBF : Oui. Alameda était un opérateur de marché.

Cohen : Et pour la cascade de risques ?
SBF : Si un compte devenait négatif, nous commencerions à vendre, mais en cas de retard, nous disposions de liquidités de sécurité.

SBF : Nous avons augmenté le nombre de serveurs, pour le moteur de risque. Mais nous avons appris que s’il y avait une liquidation erronée d’Alameda, ou de tout autre compte important…
Procureur : Objection !
Juge Kaplan : Terminez votre réponse.
SBF : …ce serait catastrophique pour FTX.

🔵 17:10 – Le juge et les avocats sont de retour, mais pas encore les jurés.

Il est question d’un « document Wong » que l’avocat de Sam Bankman-Fried craint de voir utilisé par le gouvernement pour « affirmer en conclusion que FTX était une fraude depuis le début ». En cause, les standards de récupération (clawbacks) mis en place par la plateforme FTX.

Juge Kaplan : Je ne sais pas plus que vous ce que les États-Unis vont argumenter à la fin de cette affaire. Réunissons le jury.

🔵 16:45 – Une pause de 15 minutes est demandée par le juge Kaplan.

« Je, euh… j’ai dit que, euh… je me suis excusé de ne pas lui avoir parlé des problèmes »

🔵 16:20 – Le premier bureau d’Alameda se trouvait dans un Airbnb à North Berkeley, en Californie. Le nom d’Alameda aurait été choisi afin de « passer sous les radars » :

SBF : Je ne voulais pas l’appeler Sam’s Crypto Trading Firm. Notre nom interne était Wireless Mouse.
Cohen : Comment avez-vous été rémunéré ?
SBF : J’avais un salaire de 200 000 $ par an. Ensuite, nous avons embauché Caroline Ellison.
Cohen : Comment avez-vous connu Nishad Singh ?
SBF : C’était un bon ami de mon frère. Je ne le connaissais pas bien. Il travaillait chez Facebook.

La plateforme FTX a ensuite été lancée à Hong Kong, suite au déménagement d’Alameda dans un espace WeWork loué par Sam Bankman-Fried.

🔵 16:15 – Il est question du passage de Sam Bankman-Fried chez Jane Street. Puis de la création de la société Alameda :

Cohen : Est-ce que quelqu’un d’autre est venu avec vous à Alameda ?
SBF : Oui. Caroline Ellison, Adam Yedidia et d’autres.
Cohen : Pourquoi avez-vous lancé Alameda ?
SBF : La crypto devenait publique. En 2017 (…) il y avait une demande.
Cohen : Que saviez-vous sur les cryptomonnaies ?
SBF : En gros rien.

🔵 16:00 – Sam Bankman-Fried arrive à la barre :

Cohen : La défense appelle M. Sam Bankman-Fried… Bonjour. Que signifiait FTX ?
SBF : Bourse à terme. Nous pensions pouvoir créer le meilleur produit du marché.
Cohen : Est-ce que ça s’est passé comme ça ?
SBF : Non. FTX a déclaré faillite. Beaucoup de gens ont été blessés.
Cohen : Avez-vous fraudé quelqu’un ?
SBF : Non.

🔵 15:50 – Le juge Kaplan statut sur le fait de prendre ou non en compte la présence des avocats :

Cohen, avocat de SBF : Nous nous opposons à ce que tout ce qui a été dit hier soit utilisé aujourd’hui.
Juge Kaplan : Il existe un risque à propos du fait que l’accusé ait recours aux conseils d’avocats dans le passé puisse suggérer la légalité. Le problème est que cela peut donner une impression trompeuse. C’est une chose qu’un accusé vienne dire : j’avais un plan et j’ai tout dit à l’avocat et l’avocat m’a dit que c’était légal, donc je n’avais aucune intention criminelle. Ce n’est pas ce qui s’est passé ici.

Juge Kaplan : Le fait qu’un avocat ait été impliqué dans la rédaction d’un billet à ordre pour un prêt que M. Bankman-Fried a contracté auprès d’Alameda n’a aucune pertinence dans cette affaire

La fin de cette semaine de procès va se clôturer aujourd’hui avec la poursuite de l’interrogatoire de Sam Bankman-Fried. Un moment très attendu puisque c’est maintenant que le principal accusé dans cette affaire de fraude à grande échelle va devoir rendre officiellement des comptes.

Une journée qui s’annonce intense au regard de ce qui s’est passé hier. En effet, l’ex-PDG de la plateforme FTX a témoigné en l’absence des jurés, invités à rentrer chez eux pour cette occasion. En cause, la prise en compte de la présence d’avocats aux moments des (mé)faits reprochés à l’accusé.

Les avocats de Sam Bankman-Fried continuent de jouer la carte de l’innocence et de la « bonne foi ». Pourtant de nombreuses déclarations inverses l’accablent. Comment vont-il jouer cette partition de soir ?

Jeudi 26 octobre : Reprise du procès de Sam Bankman-Fried en cette fin de semaine

Sam Bankman-Fried a la mémoire qui flanche

🔵 22:25 – Alors que la soirée touche à sa fin en France, l’interrogatoire continue aux USA. Le procureur questionne SBF sur la société North Dimension, couverture d’Alameda. SBF explique alors qu’il n’aurait pas su que North Dimension utilisait les fonds des clients de FTX.
L’accusé semble avoir la mémoire qui flanche, ce qui agace encore une fois le juge Kaplan.

Procureur : En tant que PDG d’Alameda, vous ignoriez pourquoi les dépôts ont été transférés vers North Dimension ? 
SBF : Non. 
Procureur : Avez-vous discuté du compte bancaire avec Dan Friedberg ?
SBF : Je doute, je ne m’en souviens tout simplement pas.
Procureur :  Vous n’avez pas participé à la décision concernant North Dimension ?
SBF : Pas spécifiquement. J’ai peut-être participé à des conversations. 
Juge Kaplan : Donc, vous ne vous en souvenez pas spécifiquement, c’est ça ?
SBF : Je souhaite m’assurer de répondre correctement à la bonne question.

🔵 22:00 – Toujours sur la destruction des données transmises via les discussions Signal, SBF développe que d’après lui, ces conversations ne se gardaient pas, car elles étaient « informelles ».
Par ailleurs, SBF explique avoir aucun souvenir d’une discussion concernant les 8 milliards de dollars évaporés des clients de FTX.
Les anciens bras droits de SBF, Caroline Ellison et Gary Wang eux, affirmaient le contraire.

🔵 21:50 -L’audience a repris depuis maintenant un quart d’heure. Le procureur a rebondi sur les questions concernant la suppression automatique des messages sur Signal.
La question était de savoir si les avocats de l’Empire SBF étaient au courant. Apparemment, Dan Friedberg était présent sur certaines discussions, mais SBF ne lui avait pas demandé « d’approbation » pour autant.
Or cette politique de suppression des messages n’était pas conforme à la politique de conservation des documents de la société mise en place par Dan Friedberg lui-même.
Nous ne savons toujours pas ce que le jury ne doit pas savoir.

Le témoignage de Sam Bankman-Fried commence

🔵 21:15 – L’avocat de SBF a terminé son interrogatoire. Les procureurs demandent une pause avant d’interroger à leur tour Sam Bankman-Fried.

🔵 21: 00 – Le juge continue de prendre la parole. Il demande alors à Sam Bankman-Fried si celui-ci a lu les conditions d’utilisation de prêts pour Alameda. Sam Bankman-Fried répond : « Des parties, j’ai survolé ».
SBF confirme également sa présence durant commission des Bahamas en compagnie de Krystal Rolle, son avocate basée aux Bahamas.

🔵 20:50 – L’avocat de Sam Bankman-Fried, comme à son habitude maintenant, tergiverse et aborde maintenant la présence d’avocats dans la mise en place de certains prêts contractés par SBF pour Alameda. Le juge Kaplan s’exaspère.

🔵 20:40 A la question de savoir pourquoi Sam Bankman-Fried était en même temps signataire sur FTX et sur Alameda, ce dernier explique qu’il était alors PDG des deux sociétés et que « FTX n’avait pas de compte bancaire. ». Les faits remontent à 2020 ici.
Et de répondre par la suite à la question de l’avocat de SBF :

Avocat de SBF :   Pensiez-vous que le fait de recevoir des dépôts pour FTX via Alameda était légal ? 
SBF : Oui

🔵 20:25 – Les méthodes de communication continuent d’intéresser l’avocat de SBF. Sam Bankman-Fried confirme alors que sa conversation avec Ryne Miller et Brett Harrison (alors conseiller général et PDG de FTX US) avait, elle, la suppression automatique désactivée. À la question « Pourquoi », SBF répond : « J’avais entendu parler des régulateurs. »

🔵 20:00 – Le juge Kaplan fait entrer l’accusé à la barre. Sam Bankman-Fried est donc présent pour commencer son témoignage.
Toutefois, conformément à ce qu’il a laissé penser avant la pause, les jurés sont renvoyés pour la suite du procès demain. Le témoignage de Sam Bankman-Fried commencera donc, mais sans jury à la demande du gouvernement.

Interrogatoire de Joseph Pimbley

🔵 18:50 – L’interrogatoire de Pimbley est terminé. Le juge Kaplan annonce la pause déjeuner et une reprise du procès à 14 h. Le suspens reste de mise toutefois concernant le témoignage de Sam Bankman-Fried ce jour. L’échange suivant questionnant :

Juge Kaplan : M. Cohen, à part ces deux-là, avez-vous autre chose que le témoignage de votre client ?
L’avocat de SBF : Non, c’est tout.
Procureur : Quand aura lieu l’audience ?
Juge Kaplan : Demain. Il se peut que je renvoie les jurés chez eux. Ou pas.

🔵 18-15 – Après avoir montré un diagramme, le procureur reprend son interrogatoire. Malgré son accès à la base de données, Pimbley confirme ne pas avoir eu accès à des données sensibles, que ce soit des comptes bancaires ou autres fonds crypto qu’aurait pu posséder Alameda et FTX.

🔵 17 : 42 – Le juge réclame une pause de 15 minutes.

🔵 17:30 – Le nouveau témoin à la barre fait partie de la société PF2 Securities. Il explique à l’avocat de SBF avoir été « engagé pour extraire des données de la base de données sur AWS.». Sur 70 heures de travail, payé 720 dollars l’heure, l’homme explique avoir extrait les membres de la base de données de FTX ( entre 9 et 11 millions de personnes) et aussi cherché à connaître la ligne de crédit d’Alameda, estimée entre 1 et 3 milliards de dollars.

Krystall Rolle à la barre

🔵 17:15 – Toujours à propos de l’ordonnance du gouvernement Bahamien pour le virement des actifs de FTX.
L’avocate explique qu’elle devait « transférer tous les actifs » et récupérer les passeports de Sam Bankman-Fried et par ailleurs de Gary Wang.
Krystale Rolle est ensuite interrogée par le procureur qui lui demande si elle a communiqué avec la défense aujourd’hui. Le contre-interrogatoire s’arrête là, dernier témoin avant Sam Bankman Fried : Joesph Pimbley.

🔵 16:45 – Dernier témoin avant Sam Bankman-Fried. Il s’agit de Madame Krystale Rolle. Avocate. Interrogée par l’avocat de SBF, elle explique avoir représenté Sam Bankman-Fried à partir du 12 novembre, soit au lendemain de l’annonce de la faillite de FTX. Elle évoque le jour où Sam Bankman-Fried a dû remettre les actifs de FTX au gouvernement bahamien.

🔵 16:25 – L’interrogatoire de Sam Bankman-Fried est annoncé. Il devrait intervenir dans moins de 30 minutes tout au plus. Et selon l’avocat de l’accusé, son témoignage « prendra environ quatre heures » !

Sam Bankman-Fried devrait enfin être appelé à la barre

🔵 16:00 – Le premier témoin à arriver à la barre est Mark Troiano, le seul agent du FBI habilité par le tribunal à être interrogé dans cette affaire. Et selon le transcripteur du procès Inner City Press, Sam Bankman-Fried devrait enfin être appelé à la barre.

Il est question des groupes de la messagerie Signal utilisés pour communiquer en toute discrétion par Sam Bankman-Fried et ses associés dans cette affaire :

Agent Troiano : J’ai examiné les groupes Signal sur les appareils de Caroline Ellison et Gary Wang.
Procureur : Nous avons une stipulation d’authenticité concernant des appareils électroniques
Juge Kaplan : Reçu
Agent Troiano : Ce sont les groupes Signal dans lesquels Sam Bankman-Fried était impliqué.
Procureur : Comment avez-vous identifié les participants ?
Agent : Les noms. Parfois, sur l’ordinateur portable et sur le téléphone, ils étaient différents. Mais j’ai confirmé en utilisant les numéros de téléphone.

Procureur : En 2021 et 2022, dans combien de groupes Signal M. Bankman-Fried a-t-il été impliqué ?
Troiana : Plus de 300.
Procureur : Et combien avaient la suppression automatique activée ?
Troiano : 288.
Procureur : Pas d’autres questions.

Le procès de Sam Bankman-Fried reprend aujourd’hui, après une pause d’une semaine demandée par les avocats de la défense. Une interruption réclamée afin de préparer la défense de l’ex-PDG de la plateforme FTX au regard des interrogatoires de ses ex-collègues.

Et selon toute vraisemblance, la stratégie semble rester la même. C’est-à-dire basée sur l’innocence de Sam Bankman-Fried qui aurait agi en toute « bonne foi ». Car l’ex-patron de FTX aurait fraudé sous la supervision de ses avocats.

S04E01 à suivre à partir de 16h.

Jeudi 19 octobre : La fin de semaine approche (S03E04) pour le procès de Sam Bankman-Fried

Les avocats de Sam Bankman-Fried font leur contre-interrogatoire

🔵 18:25 – L’avocat de Sam Bankman-Fried poursuit son contre interrogatoire. Il demande à Sun de lui confirmer son accord de non-poursuite et lui fait confirmer ses propos conscernant Nishad Singh et sa culpabilité à propos des prêts. Fin du contre interrogatoire, prochain témoin Robert Boroujerdi. Le juge commence sans faire de pause déjeuner.

🔵 18:03 – L’interrogatoire de Can Sun reprend après une petite pause. Et c’est maintenant à l’avocat de Sam Bankman-Fried de poser les questions. Comme à son habitude maintenant, l’avocat souligne les sommes mirobolantes qu’a touché Can Sun, dans le cadre de ses fonctions pour FTX et de le cabinet Fenwick.
Il explique également qu’il a obtenu « bon nombre de licence pour FTX ».

«  J’ai été choqué : il manquait 7 milliards de dollars ! »

🔵 17:45 – Toujours à propos d’Apollo. Sun explique qu’il avait alors compris que les fonds « étaient détournés ». Il explique alors que SBF lui a demandé de lui permettre de justifier cet écart ceà quoi l’avocat à expliquer le pouvoir en théorie mais pas si elles « n’étaient pas étayées de faits ». Le témoin confirme par ailleurs que Nishad Singh a découvert le pot aux roses l’été 2022. Sam lui aurait alors dit : « C’est comme ça ». Sun a démissionné le lendemain.

🔵 17:15 – Il est maintenant question de la société de capital-investissement Apollo Global auprès de laquelle Sam Bankman-Fried aurait joué sa dernière carte pour tenter de renflouer la plateforme FTX.

Procureur : Parlons de cet appel avec Apollo.
Sun : J’ai reçu cet appel sans trop de contexte. Ramnik s’en occupait. J’ai demandé des informations et j’ai obtenu une feuille de calcul de Sam ou de Ramnik. On était dans un appartement à Albany, aux Bahamas.
Procureur : Qu’avez-vous appris ?
Sun : J’ai été choqué : il manquait 7 milliards de dollars.

Sun : Ensuite, Sam m’a dit qu’Apollo voulait une justification légale pour les fonds manquants. Sam m’a demandé d’en trouver une.
Procureur : L’accusé a-t-il fourni une justification ?
Sun : Non. Il ne m’a rien dit.

🔵 Précision – Dans le cadre de ce procès Can Sun a obtenu un accord de non-poursuite avec la justice des États-Unis. En effet, il déclare : « en tant qu’avocat général, j’ai été impliqué dans des transactions pouvant concerner un détournement de fonds de clients ».

🔵 16:50 – Le procureur poursuit son interrogatoire en abordant la destination et les mouvements de fonds en lien à FTX :

Procureur : Que pensez-vous du prêt d’Alameda au défendeur pour qu’il réalise des investissements ?
Sun : Nous ne savions pas qu’il s’agissait de fonds de clients.
Procureur : J’ai un classeur contenant des pièces à conviction de la Défense que je vais montrer au témoin.
Sun : Ce sont des prêts aux fondateurs.
Procureur : Quel est le montant de ce prêt d’Alameda au défendeur ?
Sun : 360 millions de dollars.
Procureur : Auriez-vous documenté des prêts impliquant l’utilisation de fonds de clients ?
Sun : Non.

«  Je n’ai jamais approuvé de prêts de fonds de clients FTX à Alameda. C’était séparé. »

🔵 16:15 – Le procès a repris. Les avocats de Sam Bankman-Fried ont demandé dès l’ouverture à ce que la plaidoirie de la défense débute dans une semaine à partir d’aujourd’hui, soit le 27 octobre.

Le procès débute aujourd’hui avec l’interrogatoire de Can Sun, avocat général de FTX. Aussitôt le procureur entre dans le vif du sujet à propos du prêt effectué par FTX à la société Alameda :

Procureur : Avez-vous approuvé le prêt à Alameda ?
Sun : Je n’ai jamais approuvé de prêts de fonds de clients FTX à Alameda. C’était séparé.

Procureur : Que disiez-vous aux régulateurs ?
Sun : Que les actifs des clients étaient protégés.
Procureur : Avez-vous entendu l’accusé décrire le protocole de liquidation de FTX ?
Sun : Oui. Il y a la liquidation, et s’il le faut, le fonds d’assurance. Si cette ressource venait à s’épuiser, il y aurait alors des pertes socialisées. Mais nous étions fiers d’éviter cela.

Procureur : Saviez-vous qu’Alameda était exemptée d’auto-liquidation ?
Sun: j’ai été choqué.
Procureur : Qu’est-ce qu’on vous a dit ?
Sun : Qu’elle n’a jamais été déclenchée.

La troisième semaine du procès de Sam Bankman-Fried continue de se dérouler avec les interrogatoires prévus durant cette période. Hier, le professeur de comptabilité à l’Université de Notre Dame, Peter Easter, est revenu en détail sur les comptes de la plateforme FTX.

Une intervention très intéressante au cours de laquelle il a exposé, chiffres à l’appui, la vie de luxe menée par les membres de FTX au frais de leurs clients. Et les sommes mises en lumière sont à peine croyables…

Rendez-vous ce soir vers 16h pour la suite de cette affaire palpitante.

Mercredi 18 octobre : Nouvelle journée de procès (S03E03) pour Sam Bankman-Fried

🔵 18:25 – Le juge Kaplan demande une pause pour le déjeuner. Retour prévu vers 19h45.

«  Tout provient des fonds des clients »

🔵 18:20 – Peter Easter continue à détailler les opérations de FTX. Il est notamment question des propriétés acquises – dont celle des parents de Sam Bankman-Fried – mais également de sociétés de prêts crypto.

Procureur : Qu’en est-il des propriétés ?
Easton : 96 millions de dollars.
[L’acte de propriété des parents de SBF est présenté au jury]
Procureur : Avez-vous analysé les dépenses des comptes « négatif autorisé » ?
Easton : Oui.
Procureur : Qu’en est-il du rachat par Binance ?
Easton : plus d’un milliard de dollars proviennent des fonds des clients de la bourse FTX.
Procureur : Montrons quelques graphiques sur les prêteurs et l’utilisation des fonds des clients : Celsius, Abra, Maple, Anchorage…
Easton : Tout provient des fonds des clients.
Procureur : Bitgo ? TrueFi ?
Easton : Des fonds des clients.

🔵 17:45 – L’interrogatoire de Peter Easter reprend. Il est de nouveau question d’Anthropic. Sur l’organigramme présenté apparaissent des noms comme Silvergate et la plateforme de paiement Signet de Signature Bank.

Procureur : Et Robinhood ?
Easton : Actions de la société, 491 millions de dollars à SBF.
Procureur : Parlons de ce million de dollars de Nishad Singh, utilisant les fonds des clients, vers MTG.
Easton : Cela provient des fonds des clients.

🔵 17:15 – Une pause est demandée par le procureur.

« L’argent pourrait provenir des fonds des clients »

🔵 17:10 – Peter Easter décrit un document comptable affiché sur un écran. Différentes couleurs sont assignées aux comptes – dont il affirme avoir « choisi le top 11 » – en fonction du fait qu’ils appartiennent aux clients, à Alameda, à FTX et enfin à Sam Bankman-Fried.

Il est ensuite question de la volonté de FTX Ventures de prendre une participation de 30 % dans le fonds d’investissement SkyBridge Capital, en septembre 2022 :

Procureur : Comment ont été réalisés les 30 % de Skybridge ? Qu’est-ce que Skybridge ?
Easton : Anthony Scaramucci (fondateur et associé directeur de SkyBridge Capital, ndlr) – l’argent pourrait provenir des fonds des clients.
Cohen (SBF) : Objection ! Spéculation !
Procureur : Il ne parle pas de l’intégralité.
Juge Kaplan : Rejeté.

Une autre opération est pointée par Peter Easton à propos de l’entité Paper Bird de Sam Bankman-Fried, vers UBS :

Procureur : Source ?
Easton : Les clients

🔵 16:45 – Après une mise en contexte, le procureur demande à Peter Easton d’aborder la question de la destination de l’argent :

Procureur : Parlons de la destination de l’argent.
Easton : de FTX à Alameda.

🔵 16:25 – Un nouveau témoin fait son entrée. Il s’agit de Peter Easton, professeur de comptabilité à l’Université de Notre Dame. Un témoignage que les avocats de Sam Bankman-Fried ont tenté de faire rejeter avant l’ouverture du procès, en vain.

Peter Easton a travaillé sur le cas FTX avec l’aide du cabinet Brattle, spécialisé dans l’assistance en cas de litige. Il a facturé « plus de 100 000 $ » au cours de cette procédure. Son expertise porte sur l’analyse des dépôts de clients issus des données de FTX.

🔵 16:00 – Le procès vient de reprendre avec l’audition d’Eliora Katz, ancienne lobbyiste de FTX. Le procureur lui demande de lire un tweet de Sam Bankman-Fried censé remercier Maxine Waters, présidente du comité de la chambre des services financiers.

Procureur : Mme Katz, aviez-vous des raisons, lorsque vous travailliez chez FTX, de penser que ces déclarations étaient fausses ?
Katz : Non. C’étaient des questions sur lesquelles je n’avais aucune visibilité.

L’avocat de Sam-Bankman-Fried, Marc Cohen, prend brièvement le relai pour un contre-interrogatoire :

Cohen : Madame Katz, votre patron chez FTX était auparavant commissaire à la CFTC, n’est-ce pas ?
Katz : Oui.

La troisième semaine du procès de Sam Bankman-Fried est en cours. Et afin de ne pas se perdre dans cette succession de révélations, un petit récapitulatif à propos du contre-interrogatoire de Nishad Singh débuté hier est disponible.

Rendez-vous à 16h pour la suite de ce live…

Mardi 17 octobre : S03E02 du procès de Sam Bankman-Fried

Le contre interrogatoire de Nishad Singh continue

🔵 20:35 – L’avocat tente de sortir sa cartouche, toutefois le juge annonce que ce qui semble être la pièce maîtresse du contre interrogatoire de Singh n’est pas une preuve ajoutée aux pièces. Elle n’est donc pas recevable.

🔵 20:25 – Le procès reprend après une pause demandée par l’avocat se Sam Bankman-Fried. Ce dernier reviens sur l’évocation de la fermeture d’Alameda. Pour ensuite attaquer sur la santé mentale de Singh en novembre 2022, au moment de la faillite de FTX, alors même qu’il se serait acheté une proprièté sur une île pour plus de 3 millions de dollars. Et revient sur l’accord de coopération de Singh avec le gouvernement.
Le juge s’agace du suspens que tente de créer l’avocat.

🔵 18:25 – Le procès à repris depuis quelques minutes maintenant. Cohen, l’avocat de Sam Bankman-Fried reprend son interrogatoire toujours sinueux. Il évoque tout d’abord le fait que FTX essayait d’obtenir l’approbation de la CFTC, la Commodities Futures Trading Commission, tout en lui demandant de confirmer qu’il a bien fait des dépenses politiques, dépenses fait via Alameda.

🔵 17:55 – L’avocat de SBF tente une série de questions autour de la fonction « allow negative » du fameux code qui permettait à Alameda de prendre des fonds chez FTX et de creuser son déficit. Une pause de 10 minutes est demandée.

🔵 17:40 – L‘avocat de Sam Bankman-Fried poursuit son interrogatoire et aborde le train de vie de Nishad Singh, sous entendant qu’il ne culpabilisait peut-être pas tant que ça de vivre aux frais des clients de FTX.
Il a également rappelé que l’ancien bras droit de SBF a touché des primes en cash de 1 à 2 millions de dollars, en plus de vivre dans une maison à 35 millions de dollars. Un emprunt de 10 millions de dollars pour sa famille est également évoqué.

« C’était un trou de 8 milliards de dollars »

🔵 16:45 – Il est ensuite question du « bug » découvert dans les comptes de FTX. Un trou de 8 milliards de dollars à propos duquel « Caroline Ellison a publié une capture d’écran d’un graphique montrant les ruptures d’équilibre inexpliquées d’Alameda au fil du temps – et le bug l’explique ».

Cohen : Comment avez-vous appris pour le bug ?
Singh : J’ai entendu Gary et Adam. Adam était inquiet. Gary a dit que la direction du bug était sûre.
Cohen : Avec qui avez-vous parlé du bug en juin ?
Singh : Caroline a envoyé une feuille de calcul, je pense une feuille Google, avec les comptes répertoriés… Ils ont montré un grand nombre négatif.
Cohen : À qui l’a-t-elle envoyé ?
Singh : À moi, Sam et Gary. Sam l’a vu et a dit, c’est un bug. J’ai demandé à Gary comment je pouvais aider. Il a dit, identifiez les comptes dans la base de données FTX dont Sam était responsable.

🔵 16:30 – L’avocat de Sam Bankman-Fried affirme que Nishad Singh aurait déclaré en janvier 2023 « qu’emprunter n’importe où tant qu'(il était) bon pour cela ne (lui) semblait pas mal ? » Ce à quoi l’intéressé répond qu’il n’en a aucun souvenir.

Cohen : Vous avez reçu des bonus en espèces de 1 à 2 millions ?
Singh : Je pense que c’est exact.
Cohen : Et les prêts de FTX – laissez-moi vous rappeler les chiffres. Vous avez emprunté 477 millions de dollars à FTX ?
Singh : Dans un sens.
Cohen : Pour acheter des actions dans FTX ?
Singh : Mes premières
Cohen : Vous avez dit que c’était pour faire un don à une œuvre caritative ?
Singh : Oui.
Cohen : Avez-vous fait ça ?
Singh (rapidement) Non.

🔵 16:10 – L’avocat de Sam Bankman-Fried aborde de nombreux investissements comme le stade Miami Arena renommé au nom de FTX pour 135 millions de dollars. Mais également une marque de Tequila liée à une célébrité dans laquelle SBF aurait investi, ou encore « une société minière dont le juge Kaplan a précisé qu’elle n’exploitait pas le sol ».

Puis arrive sur la table le sujet de la licorne de l’IA Anthropic :

Cohen : Avez-vous déjà participé à une due diligence ?
Singh : Je l’ai fait pour Anthropic. Je voulais aussi faire un investissement – ​​en fait, un don. Je suis allé parler avec les gens d’Anthropic. Je voulais m’impliquer personnellement.
Cohen : Cela vous intéressait-il d’y investir ?
Singh : À un moment donné, oui.

🔵 15:50 – Le procès de Sam Bankman-Fried reprend pour la seconde journée de cette troisième semaine de procédure.

Il s’agit aujourd’hui du contre-interrogatoire de Nishad Singh, ancien directeur de l’ingénierie de la plateforme FTX. Ce dernier apparement « en colère après avoir chanté sur les politiciens qui prenaient l’argent des clients de FTX ».

L’avocat de Sam Bankman-Fried débute en demandant à Nishad Singh s’il était en accord avec l’accusé au sujet des dépenses de FTX.

Mark Cohen, avocat de SBF : Est-il juste de dire que vous n’êtes pas d’accord avec Sam sur les dépenses ?
Nishad Singh : Oui.

Source

De nouvelles révélations ont été faites hier lors de l’interrogatoire de l’ancien directeur de l’ingénierie de FTX. En effet, Nishad Singh a semble-t-il eu un peu de mal avec son sens moral lorsque les milliards – issus des clients de la plateforme – ont commencés à pleuvoir de toutes parts… jusque dans son portefeuille.

Dans le même temps, notre équipe de rédaction vous a préparé un retour en arrière au sujet du hack de la plateforme FTX. Cette chronique d’une catastrophe ambulante revient en effet sur la nuit de panique qui a bouleversé l’exchange juste après son placement en faillite.

Bonne lecture et à ce soir pour la suite du procès de l’ancien plus jeune milliardaire de la planète.

Lundi 16 octobre : 3ᵉ semaine de procès pour Sam Bankman-Fried

« Des dons politiques ont été faits en mon nom, l’argent venait d’Alameda »

🔵 21:34 – Des messages sont montrés sur le canal de donation que partageaient Sam Bankman-Fried, son frère Gabriel Bankman-Fried et leurs lieutenants.
Un message de Keenan Lantz, un associé de Gabriel Bankman-Fried demande 20 000 dollars pour le tribunal du Delaware. Un exemple parmi d’autres appuyant les propos de Signh qui avance que les frères Bankman-Fried l’utilisait.
A Singh de nous dire d’où venaient les fonds : « Alameda m’a envoyé les fonds des clients de FTX.» Le procureur montre alors le tableau que SBF avait demandé, récapitulant tous les dons de FTX.
Pour rappel, Singh a plaidé coupable de fraude de blanchiment d’argent.

🔵 21:05 – Le procureur évoque 2 investissements faits par FTX et Sam Bankman-Fried.

  • Modulo, une société de trading dirigée par un ancien associé de Sam Bankman-Fried ;
  • Skybridge Capital, une société d’Anthony Scaramucci dans laquelle SBF, Wang et Singh étaient « censés contracter des prêts et ensuite les accorder à FTX US ».

Singh complète :

« Des dons politiques ont été faits en mon nom, l’argent provenait d’Alameda. (…) J’ai essayé d’être le moins impliqué possible. Il y avait un chat sur Signal appelé Donations Processing. Sam a laissé son frère Gabriel le faire. Ryan Salame a accédé à mon compte. Mon rôle était de cliquer sur le bouton. Il se connectait à mon compte Prime Trust et donnait de l’argent à des candidats ou à des Super PAC. Il m’envoyait des messages »

Un bug à 8 milliards de dollars

🔵 21:00 Singh évoque une discussion privée avec Sam Bankman-Fried sur le balcon de leur Penthouse aux Bahamas, faire part de la situation alarmante et de Caroline Ellison qui était « paniquée ». Sam aurait répondu :

Je l’ai dit, je suis inquiet à ce sujet. Je n’aurai peut-être pas dû faire circuler le document ce matin ( le document publié par CoinDesk ndlr) Les gens vont paniquer…

Plus tard, au retour de SBF des Émirats arabes unis, Singh explique qu’il a souhaité quitter FTX ce à quoi Sam Bankman-Fried aurait alors essayé retenu son associé :

Singh : Sam a dit que nous pourrions nous en sortir avec 5 milliards de dollars supplémentaires.
Procureur : Ce n’est pas 13 milliards de dollars. De quoi d’autre avez-vous discuté ?
Singh : J’ai dit que nous avions encore beaucoup à faire. Sam m’a dit : « J’ai besoin de toi, Nishad, pour me décharger de ce genre de travail ». J’avais peur. Sam était à bout de nerfs

🔵 20:45 – A la reprise de son interrogatoire, le procureur demande à Nishad Singh de s’expliquer sur le bug évoqué en juin 2022. Une faille déjà évoquée par Caroline Ellison et qui permettait à Alameda un accès illimité aux fonds de FTX.

Procureur : Vous avez parlé d’un bug. Pouvez-vous l’expliquer ?
Singh : Le bug a empêché la comptabilisation correcte du compte Fiat de FTX. L’erreur s’est élevée à 8 milliards de dollars… J’ai surpris une conversation entre Gary et Adam Yedidia à ce sujet.(…)

Procureur : En juin 2022, quand vous avez vu qu’Alameda était en déficit de 2,8 milliards de dollars, qu’avez-vous pensé ?
Singh : Ça m’a inquiété.
Procureur : Que pensiez-vous de l’opportunité d’utiliser les fonds des clients ?
Singh : C’était inapproprié.

Nishad Singh explique par ailleurs avoir participé aux discussions autour d’une potentielle fermeture d’Alameda.

Procureur : Avez-vous interrogé Caroline Ellison sur la possibilité de fermer Alameda sur FTX ?
Singh : Oui. Elle a répondu : C’est impossible.
Procureur : Comment avez-vous réagi ?
Singh : J’étais alarmé.
Procureur : Qui était sur le chat ?
Singh : Gary, Sam, Caroline et moi.
(…)
Singh : Gary a dit qu’Alameda empruntait 13 milliards de dollars à FTX. J’espérais avoir mal compris. FTX elle-même n’avait pas autant d’argent.
Procureur : Comment l’accusé a-t-il réagi ?
Singh : J’étais assis à côté de lui. Il n’a pas semblé surpris. Il a inventé une fausse excuse pour se dérober.

Nishad Singh, ancien lieutenant de FTX à la barre

🔵 20:00 – Cette journée de procès a commencé depuis quelques heures maintenant. Ce qu’il faut retenir après une matinée d’interrogatoires :

  • Nishad Singh, ancien bras droit de SBF, confirme également qu’Alameda avait 8 milliards de dollars de dettes.
  • L’empire immobilier de FTX et Sam Bankman-Fried a été évoqué. Nishad Singh a confirmé qu’il aurait demandé à Sam Bankman-Fried d’être plus discret, ce dernier aurait alors répondu faire « cesser un drama avec 100 millions de dollars »
  • Nishad Singh a également fait référence aux dons que Sam Bankman-Fried a fait aux personnalités politiques américaines. S’ajoute aux dons politiques une dépense de 1,3 milliard de dollars pour les promotions.

Hillary Clinton, elle, était candidate à la présidentielle. Sur la liste des participants à la soirée du Super Bowl dont Sam a parlé, figuraient également Orlando Bloom, Kate Hudson, le mari de Kamala Harris et Leonardo DiCaprio. 
Sam a envoyé à Gary et moi une feuille de conditions pour donner des millions de bonus à Michael Kives et Bryan Baum, ainsi qu’un milliard de dollars d’investissement dans leur société de capital-risque.
J’ai alors demandé : pouvons-nous revenir en arrière ? Sam a dit non, c’est pratiquement fait. 

  • Nishad Singh, ingénieur en chef de l’empire FTX / Alameda Research a commencé son témoignage. C’était une des têtes pensantes de FTX avec Gary Wang et Caroline Ellison. Il a plaidé coupable et a confirmé à la barre avoir commis des fraudes et financé des campagnes électorales. Il a également affirmé que Gary Wang et Sam Bankman-Fried étaient les chefs à bord du bateau FTX. Il décrit Sam Bankman-Fried comme une personnalité excessive, dédramatisant un écart de 20 millions de dollars

Procureur : Quel était le montant de votre patrimoine ?
Singh : J’étais milliardaire.
Procureur : L’entreprise vous a-t-elle accordé des prêts ?
Singh : Oui.
Procureur : Avez-vous utilisé l’argent de FTX pour effectuer des achats importants ? »
Singh : Oui, et des dons.

  • Tareq Morad a été appelé à la barre. Ce dernier explique avoir investi 500 000 dollars dans FTX par confiance envers Sam Bankman-Fried. Ce dernier faisait alors la Une de Forbes et de grands magazines. Est alors fait référence à la panique des clients lorsqu’ils n’arrivaient pas à récupérer leur fonds alors que FTX implosait.

Les semaines se suivent et les épisodes se succèdent comme une véritable série à rebondissements dans le cadre du procès de Sam Bankman-Fried.

Il s’agit cette fois du démarrage de la S03E01 avec de nouveaux personnages à venir et… jusqu’à 110 années d’emprisonnement possibles pour l’ex-PDG de la plateforme FTX !

Mais avant de se jeter une nouvelle fois dans cette suite de révélations toutes plus improbables les unes que les autres, retour sur l’actualité avec deux articles concoctés tout spécialement pour vous par la rédaction du Journal du Coin :

🔵 En plein procès de Sam Bankman-Fried, FTX dépose 150 millions de dollars en staking

🔵 Sam Bankman-Fried veut toujours plus de son « médicament » (Adderall)

Bonne lecture…

Vendredi 13 octobre : Dernière journée pour cette seconde semaine du procès de Sam Bankman-Fried

Le témoignage de Zac Prince, PDG de BlockFi reprend

🔵 18:40 – Le juge Kaplan remercie les jurés et leur donne rendez-vous lundi matin pour la suite du procès.
Les avocats du gouvernement américains et les avocats de Sam Bankman-Fried demandent avant la fin de la séance que le juge statue sur l’utilisation de preuve contestée par le camp SBF. Des tweets qui justifieraient la présence de Sam Bankman-Fried à New York en 2021 ainsi. Le procureur souhaite, en effet, montrer le marketing construit autour de la personne de Sam Bankman-Fried.

🔵 18:20 – Les fameuses actions Robinhood de Sam Bankman-Fried reviennent sur le tapis. Prince explique qu’il ne connaissait pas leurs origines.
À la question « craigniez-vous que BlockFi fasse faillite ? » Zac Prince a alors répondu : « Un PDG doit penser aux possibilités ».

🔵 18:15 – Après une pause, vers 17h, au tour de Marc Cohen, avocat de Sam Bankman-Fried, de d’interroger le témoin. Est alors évoqué une note de BlockFi annonçant le fait qu’elle ne souhaitait pas investir dans le FTT.
Malgré cette réticence, Prince explique que BlockFi a tout de même continué de prêter avec du FTT d’Alameda en garanties. Le PDG souligne que davantage de garanties ont été demandés, et qu’Alameda a su suivre.

🔵 16:22 – Une fois avoir expliqué qu’une due diligencebasée sur des bilans truqués – avait été réalisée, Prince développe les conséquences de l’implosion de l’empire FTX / Alameda Research pour son écosystème par la pression des nombreux prêts d’Alameda. En 2023, c’était d’ailleurs un point négatif qui tâchait le dossier de FTX, alors prétendant au rachat de BlockFi.
La chute du LUNA quelques mois avant n’a pas épargné la plateforme de lending.
Le procureur cherche alors à comprendre la partialité de BlockFi dans les différents accords de prêts faits à Alameda avant et pendant sa chute.

Procureur : Avez-vous accordé des prêts à Alameda en raison de votre accord avec FTX ? (…) BlockFi a-t-il prêté à Alameda en 2022 ?
Zac Prince : Oui, de juillet à début novembre, 850 millions de dollars de prêts.

🔵 15:50 Réouverture du procès avec le PDG de BlockFi à la barre. Il devrait principalement être question de la faillite de son entreprise suite au non-remboursement par Alameda d’un prêt de 800 millions de dollars. Viennent s’ajouter à cela les cryptomonnaies déposées sur la plateforme FTX.

Pour faire un point complet en vidéo sur les délires mégalomanes de Sam-Bankman-Fried, un petit retour sur l’actu crypto peut être nécessaire. Attachez vos ceintures !

🔵 08:00 Le procès de Sam Bankman-Fried reprendra ce soir vers 16 h.
Notons que le juge Kaplan a envisagé, hier, de terminer cette semaine de procès le vendredi 13 à 14 h en fonction du témoignage de Zac Prince, PDG de BlockFi.
En attendant la reprise, le Journal du Coin vous propose un article sur l’implication de Binance dans la chute de FTX. Bonne lecture, et bonne journée !

Jeudi 12 octobre – Une nouvelle journée de procès pour Sam Bankman-Fried

Nouveau témoin : Zac Prince de BlockFi

🔵 22:15 – Le PDG et fondateur de BlockFi Zac Prince se présente à la barre pour quelques minutes ( la journée se termine pour le procès). Il explique comment la faillite de son entreprise a été causée par le non-remboursement d’Alameda. Il s’agissait alors d’un prêt de 800 millions de dollars, s’ajoutant aux cryptomonnaies que BlockFi possédait sur FTX.

Christian Drappi, un nouveau témoin à la barre

🔵 21:53 – Drappi confirme que Sam Bankman-Fried avait accès aux comptes d’Alameda.

Le procureur : En tant qu’ingénieur logiciel, pouviez-vous voir qui avait accès à Alameda ?
Drappi : Oui. Et M. Bankman-Fried y avait accès.
Le procureur : Comment saviez-vous qu’il dirigeait le commerce des obligations japonaises ?
Drappi : Ben Xie m’a dit que Sam était derrière tout ça
.

🔵 21:30 – Des extraits audios de la dernière réunion d’Alameda avec ses équipes le 9 novembre montre que Caroline Ellison révèle aux équipes la porte dérobée et la fuite de milliards de dollars des clients de FTX chez Alameda. Drappi explique alors avoir démissionné dans les 24 heures.

🔵 21:26 – L’audition d’un nouveau témoin commence : Christian Drappi, ingénieur logiciel (software engineer) chez Alameda Research. Le témoin répond aux questions du procureur et explique que lorsqu’il était en poste, les PDG d’Alameda, Sam Trabucco et Caroline Ellison rendaient leur rapport à Sam Bankman-Fried.
Le procureur souhaite alors savoir la réelle implication de Sam Bankman-Fried dans Alameda.

Fin du témoignage de Caroline Ellison

🔵 20:45 – Début novembre 2022, alors que la situation évoluait dans le mauvais sens pour FTX, Sam Bankman-Fried aurait proposé de créer une nouvelle entreprise. Ellison dit quant à elle qu’elle aurait essayé d’aider les employés du groupe à « suivre leur meilleur intérêt. »
Les avocats disent en avoir terminé avec le témoin. Au témoin suivant après – une petite pause bien sûr.

🔵 20:30 – L’avocat de SBF s’interrompt pour échanger avec son client, car il n’a plus aucune question à poser à Caroline Ellison. Le procureur s’engouffre dans la brèche pour poser ses propres questions. L’avocat de SBF s’offusque, ce à quoi le procureur répond : « Ils ont ouvert la porte ». « En effet », répond le juge Kaplan.
La discussion sur les prêts se poursuit. Le procureur revient sur le coup de bluff de Caroline lorsqu’elle a évoqué le rachat des FTT de Binance par Alameda à 22 dollars. Il aborde de nouveau la ligne de crédit de 65 milliards de dollars qu’avait Alameda chez FTX.

Procureur : Avez-vous demandé ou autorisé la ligne de crédit de 65 milliards de dollars pour Alameda ?
Ellison : Non
Procureur : Selon vous, FTX s’est-il effondré à cause d’un tweet de CZ ?
Ellison : Il y a contribué. La raison principale est qu’Alameda a emprunté 10 millions de dollars à FTX sans pouvoir les rembourser.

🔵 20:16 – Après la pause déjeuner, c’est l’heure de la reprise du procès. L’avocat de Sam Bankman-Fried reprend son interrogatoire sur les prêts accordés à Alameda et FTX.
Ellison précise alors, comme hier, que SBF avait le souhait de lever de l’argent auprès du prince saoudien MBS lorsqu’il est allé au Moyen-Orient.
La rencontre a été un échec est Sam est revenu avec un nouveau contact Telegram et l’envie d’un nouveau « gros investissement ».

L’avocat de Sam Bankman-Fried questionne… comme sa stratégie

🔵 18:10 – Caroline Ellison explique qu’Alameda a perdu 100 millions de $ avec la chute de l’UST. L’échange se poursuit avec une réponse énigmatique d’Ellison : –

Cohen : Qu’en avez-vous conclu ? (à propos de cette perte)
Ellison : Que c’était une mauvaise idée.
Cohen : C’est toujours plus facile avec le recul.

🔵 17:50 – L‘attitude délétère de l’avocat de Sam Bankman-Fried continue. Après avoir souligné, ou tout du moins laisser sous-entendre, que Caroline Ellison n’avait peut-être pas les capacités pour être seule à la tête d’Alameda, Cohen récidive :

Cohen : Avez-vous fait part de vos inquiétudes à quelqu’un d’autre que Sam ?
Ellison : Également avec Gary et Nishad.
Cohen : Avez-vous envisagé de démissionner ?
Ellison : Oui, mais je ne l’ai pas fait.

Cohen : Mme Ellison, lisez ceci pour vous-même, pour voir si cela vous rafraîchit la mémoire.
Ellison : Oui, cela rafraîchit mes souvenirs – j’aurais pu dire qu’ils n’étaient peut-être pas au courant.
Procureur : C’est vague. Il faut l’expliquer.
Cohen : Un aparté ?
Procureur : Cela ne le mérite pas.
Cohen : Passons à l’été 2021 – les investissements à risque.

Encore une fois, l’échange reste vague et la stratégie de Cohen difficile à saisir.

Sam Bankman-Fried et Caroline Ellison

L’avocat de Sam Bankman-Fried continue son interrogatoire

🔵 16:55 – L’avocat de Sam Bankman-Fried demande à faire une pause de 15 minutes avant de s’attaquer à un nouveau sujet. Mais avant cela, il lance une dernière remarque à Caroline Ellison :

Cohen : Vous avez plaidé coupable de fraude envers les investisseurs, mais vous n’avez eu aucun contact avec les investisseurs ?
Procureur Sasoon : Objection !
Juge : Retenue sur la forme…

🔵 16:50 – L’avocat de Sam Bankman-Fried aborde le moment de l’arrestation de Caroline Ellison qui se trouvait alors chez ses parents. Elle était là-bas avec son petit ami de l’époque, également employé chez Alameda. Est alors évoquée la confiscation de trois ordinateurs.

« Nous vivions dans le même appartement, donc nous avons continué à parler »

🔵 16:40 – L’avocat de Sam Bankman-Fried aborde alors la relation amoureuse que l’accusé a entretenue avec Caroline Ellison. Il souligne les répercussions possibles que cela pouvait avoir sur leurs rapports professionnels :

Cohen : Après votre rupture, il y a eu des problèmes de communication ?
Ellison : J’ai évité les rencontres en tête-à-tête avec lui. Mais, nous avons toujours utilisé Signal.
Cohen : Vous n’avez plus parlé en dehors du travail ?
Ellison : Nous vivions dans le même appartement, donc nous avons continué à parler.

🔵 16:35 – La représentante du bureau du procureur fédéral de Manhattan, Danielle Sassoon, précise que l’avocat de Sam Bankman-Fried « ne fait que répéter l’interrogatoire principal ». Le juge Kaplan lui demande alors de passer à autre chose. L’avocat de Sam Bankman-Fried évoque alors les absences de Caroline lorsqu’elle était seule à la tête d’Alameda. Le témoin confirme ce qu’avance la défense.

🔵 16:25 – Il est ensuite question de la structure de la société Alameda qui comptait 30 employés à l’époque.

🔵 16:15 – L’avocat de Sam Bankman-Fried aborde ensuite la question de Mark Trabucco, co-CEO de Alameda Research qui a décidé de démissionner de son poste en août 2022. Et du fait que Caroline Ellison s’est retrouvée seule à la tête d’Alameda à partir de cette date.

Cohen : Permettez-moi de revenir à vous et à M. Trabucco : quelle était votre vision de lui en tant que trader ?
Ellison : Je pensais que c’était un bon trader.
Cohen : Avez-vous une idée de la façon dont il a géré les situations extrêmes ?
Procureur : Objection de forme.
Cohen : L’avez-vous vu dans des situations de trading extrêmes ?
Ellison : Oui.
Cohen : Puis il a quitté son travail, a arrêté de venir au bureau et a démissionné en août 2022 ?
Ellison : Oui, c’est à cette époque-là.
Cohen : Ensuite, vous étiez l’unique PDG jusqu’en novembre 2022 ?
Ellison : Oui

Caroline Ellison explique ensuite qu’elle pensait à cette époque que la « meilleure idée » consistait à rester seule à la tête d’Alameda. Sam lui aurait pourtant proposé un certain Ben Xie afin de reprendre les fonctions de Mark Trabucco.

🔵 16:00 – Le procès a repris et c’est l’avocat de Sam-Bankman-Fried, Mark Cohen, qui mène l’interrogatoire de Caroline Ellison.

Ce dernier aborde la blockchain Solana, très proche de la plateforme FTX, qui était visiblement une volonté portée par Sam Bankman-Fried. Une stratégie à propos de laquelle Caroline Ellison ne partageait visiblement pas son enthousiasme.

Cohen : Qu’était Solana ?
Ellison : une blockchain.
Cohen : Et vous n’avez pas partagé l’enthousiasme de Sam à ce sujet ?
Ellison : Je ne l’ai pas fait.

Source

🔵 15:30 – Le contre-interrogatoire de Caroline Ellison devrait débuter sous peu…

🔵 12:00 – Besoin de revoir les principaux éléments de la journée d’hier, décidément très riche en rebondissements ? La rédac’ du Journal du Coin vous a tout spécialement livré deux articles ce matin sur les bilans truqués de Caroline Ellison et le surréaliste pot-de-vin de 150 millions de dollars versé à la Chine.

Bonne lecture en attendant le live de ce soir.

Mercredi 11 Octobre – Nouvelle journée de procès pour Sam Bankman-Fried

A la recherche des FTT perdus

🔵 21:20 – Quelques jours avant l’effondrement de FTX, le 7 novembre, Ellison suggère de rembourser les prêteurs de FTX. Sam Bankman-Fried accepte de rembourser les « petits » mais pas BlockFi. Durant ces échanges, Ellison confirme que le père de Sam Bankman Fried, Joseph Bankman, était partie prenante.

🔵 21:10 – Caroline Ellison explique qu’au lendemain de cette affaire, le 7 novembre, FTX est à court de liquidités et à la recherche d’investisseurs potentiels :

Il ne nous restait plus qu’1 à 2 milliards de liquidités. J’ai dit que nous pourrions gratter un peu plus. Je me sentais mal.

Elle explique alors que SBF voulait rassurer ses investisseurs.

🔵 20:54 – Lorsque Changpeng Zhao a tweeté que Binance avait décidé de liquider tout ses FTT, Caroline a décidé de le provoquer sur les réseaux sociaux.

Nous avons décidé que je devrais écrire un tweet en réponse. Je voulais le bluffer, son objectif [CZ] était de nuire à FTX.

« Changpeng Zhao, si tu cherches à minimiser l’impact de la vente de FTT sur le marché, Alameda se fera le plaisir de vous recheter le tout pour 22$ ! » – Source

🔵 20:45 – À propos des tweets publiés par l’équipe de FTX pendant son effondrement, Caroline Ellison témoigne :

Sam a dit que quelqu’un d’autre que lui devrait tweeter. Je ne voulais pas. (…) Oui, il était trompeur [à propos d’un tweet posté sur son compte]. Sam l’avait rédigé, Gary et Nishad l’ont retravaillé…

🔵 19:35 – Caroline Ellison à propos du comportement de SBF :

Sam cultivait une image de fondateur excentrique… (…) Il ne se coiffait pas les cheveux. Il disait que cela lui avait valu des bonus chez Jane Street et que c’était important pour FTX. (…) Sam disait qu’il valait mieux pour son image de conduire une Toyota Corolla. J’ai donc conduit pour ma part une Honda.

FTX et les pots de vin avec la Chine

🔵 18:30Alors que la pause déjeuner pointe le bout de son nez, et que la France commence sa soirée, le procureur questionne encore Caroline Ellison à propos de sa culpabilité.

Ellison : Nous parlions d’avoir emprunté 10 milliards de dollars.
Procureur : À qui ?
Ellison : Aux clients de FTX. Sam criait que c’était ma faute.
Procureur : Comment vous êtes-vous sentie ?
Ellison : Je pleurais. Mais c’est Sam qui a fait tous ces investissements qui nous ont mis dans cette situation.

Caroline évoque alors le goût du risque de Sam Bankman-Fried et de ses ambitions. Monter la régulation contre Binance, investir dans des obligations japonaises ou encore acheter Snapchat sont alors autant d’objectifs que souhaitait atteindre SBF.

🔵 18:10Le pot de vin en question était de 150 millions de dollars.

Procureur : Ici, vous avez écrit : « Négatif 150 millions de dollars pour la chose ». Quelle était « la chose » ?
Ellison : Le pot-de-vin à la Chine.

🔵 17:50 Alors que le procureur se demande ce qui a poussé Sam Bankman-Fried à inciter ses équipes à supprimer les messages qu’ils s’échangeaient sur Signal, Caroline Ellison répond :

Procureur : Avez-vous parlé en termes codés ? (à propos des échanges sur Signal)
Ellison : Oui. Lorsque nous avons versé un pot-de-vin important à la Chine, nos comptes ont été gelés dans le cadre d’une enquête sur le blanchiment d’argent.
Procureur : Combien d’argent a été gelé en Chine ?
Ellison : Un milliard de dollars. Sam voulait trouver des solutions.
Procureur : Comment ont-ils été débloqués ?
Ellison : Alameda a versé un pot-de-vin à des fonctionnaires chinois.

Obtenir plus d’argent en vendant des actions au prince saoudien MBS

🔵 17:45 Le procureur fait ensuite référence à une conversation de Caroline Ellison avec Sam Bankman-Fried :

Procureur : Qu’est-ce que c’est ?
Ellison : Les notes d’une conversation avec Sam. J’ai écrit, « continuez à vendre du BTC si son prix dépasse 20 000 $. »
Procureur : Vous avez écrit, FTX pourrait augmenter. Qu’est-ce que cela signifie ?
Ellison : Rassembler des capitaux en vendant des actions pour obtenir plus d’argent. Aux investisseurs comme MBS, le prince saoudien.

🔵 17:30 Reprise de l’interrogatoire de Caroline Ellison.

La représentante du bureau du procureur fédéral de Manhattan, Danielle Sassoon, revient sur le sujet des prêteurs restants. Caroline Ellison nomme la société BlockFi dont les membres Zac Prince et Chris Drappi sont des témoins à venir dans le cadre de ce procès.

Le sujet de la plateforme de prêt crypto Celsius est également abordé.

🔵 17:00 Le juge Kaplan demande la pause du matin.

🔵 16:55 Caroline Ellison aborde toujours la question de Genesis :

Ellison : Genesis recevait des rappels de plateformes de prêts aux particuliers, alors elles nous a demandé 500 millions de dollars.
Procureur : Que vous a dit Sam Bankman-Fried à propos de son appel avec Matt Ballensweig de Genesis ?
Ellison : Que Genesis pourrait faire faillite, nous devions donc leur envoyer cet argent
.

Caroline Ellison : « Je ne voulais pas être malhonnête, mais… »

🔵 16:30 Caroline Ellison revient sur le prêt de 400 millions de dollars de Genesis. En effet, Matt Ballensweig – responsable des prêts chez Genesis – réclamait « une vision plus actualisée du bilan » :

Ellison : Sam a dit de ne pas envoyer le bilan à Genesis. Nous empruntions 10 milliards de dollars à FTX et nous avions prêté 5 milliards de dollars à nos propres dirigeants et entités affiliées. Nous pensions que Genesis pourrait partager l’information.
Procureur : Qu’est-ce que l’accusé vous a dit de faire ?
Ellison : Il m’a dit de trouver des façons alternatives de présenter l’information. Il voulait que je cache des choses sur notre bilan. J’ai donc préparé 7 bilans différents. Je ne voulais pas être malhonnête, mais…

Procureur : Lequel des 7 Sam a-t-il choisi ?
Ellison : L’alternative numéro 7, sans divulgation des 10 milliards de dollars dus aux clients de FTX.

🔵 16:20 Caroline Ellison explique la situation dans laquelle la plateforme FTX se trouvait :

Procureur : Pensiez-vous que c’était mal ?
Ellison : Oui, je pensais que c’était mal. Nous n’avons pas trouvé de nouvelles sources de capitaux. J’ai continué à m’inquiéter du fait que les clients FTX le découvrent et tentent de se retirer d’un seul coup.

« Seulement 3 milliards de dollars étaient disponibles sur FTX »

🔵 16:10 Caroline Ellison aborde la situation de la plateforme FTX :

Procureur : Quel est le montant en USD que les clients avaient déposé par rapport au montant dont ils disposaient sur FTX ?
Ellison : Ils avaient déposé 13 milliards de dollars, mais seulement 3 milliards de dollars étaient disponibles sur FTX.
Procureur : Qu’est-il arrivé aux 10 milliards de dollars restants ?

Ellison : Ils avaient été empruntés par Alameda.

🔵 16:00 L’interrogatoire se poursuit sur cette question des prêts d’Alameda :

Procureur : Vous avez calculé les soldes d’Alameda ; l’avez-vous partagé avec le défendeur ?
Ellison : Oui, des bilans mis à jour chaque fois qu’il les demandait. C’était mon patron, le propriétaire d’Alameda.
Procureur : Qu’est-ce qu’il vous a dit de faire ?
Ellison : Il m’a ordonné de rembourser les prêts.
Procureur : Qu’avez-vous compris de ses consignes ?
Ellison : Utiliser la ligne de crédit d’Alameda avec FTX, c’est-à-dire utiliser les fonds des clients. Il savait que c’était la seule manière de rembourser cette somme.

🔵 15:55 Un prêt de 400 millions de dollars est abordé par le procureur :

Ellison : Genesis voulait récupérer 400 millions de dollars. J’étais très stressée. Il fallait prélever cette somme sur FTX.
Procureur : D’où viendrait l’argent qu’Alameda prendrait de FTX ?
Ellison : Des clients.

🔵 15:45 – Reprise du procès de Sam Bankman-Fried pour cette seconde journée de la deuxième semaine d’audience. L’interrogatoire de Caroline Ellison reprend sur le sujet des positions de trading de la société Alameda :

Procureur : Quel a été l’impact du ralentissement du marché des cryptomonnaies sur les prêts d’Alameda ?
Ellison : Les prêteurs rappelaient les prêts.
Procureur : Alameda était-elle tenue de rembourser ?
Ellison : Oui, il s’agissait de prêts à durée indéterminée.

Retour sur le témoignage de Caroline Ellison

🔵 11:00 – Besoin d’un recap’ sur les premières heures du témoignage de Caroline Ellison ? La rédac’ du Journal du Coin a pensé à vous dans cet article.

🔵 07:45 – Retour sur le témoignage de Caroline Ellison, témoin vedette du procès de SBF.
Nous avons appris que :

  • Caroline Ellison a répondu aux ordres de Sam Bankman-Fried qui lui aurait dit « de commettre ces crimes ».
  • Alameda aurait pris entre 14 et 20 milliards de dollars aux clients de FTX.
  • Les bilans d’Alameda étaient artificiellement gonflés.
  • Caroline aurait alerté à plusieurs reprises SBF. Ce dernier lui aurait alors dit de ne pas s’inquiéter, porté par son appétit pour le risque.
  • Caroline Ellison a également révélé que les actions RobinHood détenues par SBF avaient été achetées avec les fonds d’Alameda. Toutefois SBF a souhaité les rapatrier sur FTX par soucis de réputation.

Celle qui a plaidé coupable pour 7 chefs d’accusation a donc d’emblée rejeter la faute sur Sam Bankman-Fried, soulignant une relation à double vitesse : SBF était aussi son patron et le « décideur ultime ».

La suite du procès se fait attendre, le contre interrogatoire des avocats de Sam Bankman-Fried devrait avoir lieu aujourd’hui. Restez connectés.

Mardi 10 octobre – Caroline Ellison à la barre

Alameda et FTX : une porte dérobée à 20 milliards de dollars

🔵 21:00 – Derniers échanges avant une nouvelle pause.

Procureur : Avez-vous obtenu des prêts d’Alameda ?
Ellison : Un prêt de 3,5 millions de dollars pour une société de jeu que FTX voulait mettre à mon nom puisque je ne figurais pas dans le personnel de FTX. L’argent a également servi à des contributions politiques. Ryan Salame a obtenu un prêt de 35 millions de dollars.
Procureur : À quoi servaient les prêts accordés à Ryan Salame ?
Ellison : Des contributions aux Républicains. Sam a donné 10 millions de dollars à Biden, il pensait que cela lui permettait d’avoir une porte d’entrée.
Procureur : Qu’est-ce que l’accusé vous a dit à propos du risque ?
Ellison : Il a dit qu’il n’y avait pas de problème si l’EV (expected value) était positive. Il a dit qu’il était prêt à prendre des risques importants. Il a dit qu’il était prêt à jouer à pile ou face et à détruire le monde, tant qu’une victoire le rendrait deux fois meilleur.

🔵 20:53 – Caroline Ellison explique par la suite qu’elle est devenue co-CEO d’Alameda en 2021 avec Sam Trabucco.
Elle exprime qu’à l’époque, Sam Bankman Fried aurait souhaité se retirer d’Alameda. Ils on fait « une pause » dans leur couple durant cette époque, pour ensuite finalement recommencer à « sortir ensemble. »
A cette époque, Caroline Ellison touchait 200 000 dollars par an et admet également avoir eu « un bonus en 2021 de 20 millions de dollars. »

Ellison : J’ai retiré 10 millions de dollars pour investir dans une start-up. 100 000 dollars pour un prêt à mes parents. Et 2 millions de dollars pour mon propre fonds de donateurs.
Procureur : Aviez-vous des parts dans Alameda ?
Ellison : Non. Et 0,5 % de FTX.

🔵 20:30 L’avocat du gouvernement passe maintenant à des questions sur Binance et sur le rachat des FTT que possèdait alors Binance.

Procureur : Qu’est-ce que Binance ?
Ellison : Un concurrent qui possédait 2 milliards de dollars de nos actions FTX. Sam voulait les racheter à l’été 2021.
Procureur : Qu’avez-vous conclu du fait que l’accusé vous a dit d’utiliser la ligne de crédit pour racheter les parts de Binance ?
Ellison : Qu’il la considérait comme un fonds à utiliser pour nos besoins.
Procureur : Quelle était la source de financement d’Alameda en 2021 ?
Ellison : Prêts d’entreprise et prêts en cryptomonnaies chez des tiers.
Procureur : Lesquels ?
Ellison : Genesis. En 2021, nous en avons trouvé d’autres.

Après cet échange, Caroline Ellison explique que Sam Bankman-Fried avait fixé le seuil de 1 dollar pour le token FTT. Si le cours de ce dernier repassait en-dessous, Alameda devait en racheter pour qu’il rattrape la barre symbolique des 1 dollar.
Elle admet également avoir inscrit le FTT au bilan d’Alameda afin de pouvoir obtenir des prêts de Genesis. Elle a également utilisé d’autres « Samcoins » comme Serum (SRM) et Solana (SOL).

🔵 20:10 – L’interrogatoire continue. FTX aurait déposé chez Alameda entre 10 et 20 milliards de dollars d’après Caroline Ellison.

Procureur : Quand FTX a-t-il envoyé de l’argent sur les comptes bancaires d’Alameda ?
Ellison : En 2020. Et jusqu’en 2022. North Dimension était le nom dont j’avais connaissance.

Avocat USA : Combien d’argent FTX a-t-il déposé chez Alameda ?
Ellison : Dix à vingt milliards de dollars.
(…)
Ellison : FTX se présentait comme une entreprise sûre et bien réglementée.
Procureur : C’était le cas ?
Ellison : Non. Nous disposions également d’une ligne de crédit sur FTX . Nous pouvions retirer des tokens même si nous n’en avions pas.
Procureur : Vous a-t-on indiqué le montant de la ligne de crédit ?
Ellison : Non.
(…)
Procureur : Saviez-vous si et quand Alameda devait rendre l’argent ?
Ellison : Non.
Procureur : Aviez-vous des inquiétudes quant à l’utilisation par Alameda des fonds des clients de FTX ?
Ellison : Je me disais que les clients n’étaient pas au courant. Mais je n’étais qu’une tradeuse à l’époque. J’ai demandé si cela apparaîtrait dans l’audit. Il m’a dit de ne pas m’inquiéter, les auditeurs ne regarderont pas.
Procureur : Quand était-ce ?
Ellison : En 2020.

🔵 20:00 – Le témoignage de Caroline Ellison a repris.
L’avocat représentant le gouvernement américain lui a demandé de décrire son arrivée à Alameda.
Elle a par la suite également avouée avoir une relation « non professionnelle » avec l’accusé, Sam Bankman-Fried. Spoiler, ce n’était pas un scoop.

Ellison : Nous avons commencé à coucher ensemble de temps en temps au cours de l’été 2020. Nous sommes sortis ensemble et avons rompu.
Procureur : Que vous a dit l’accusé sur ses ambitions ?
Ellison : Qu’il serait président.
Procureur : De quoi ?
Ellison : Des États-Unis.

Le témoignage de Caroline Ellison commence

🔵 18:45 – Pause déjeuner.

🔵 18:40 – Les questions se poursuivent.

Procureur : Comment avez-vous escroqué les prêteurs d’Alameda ?
Ellison : J’ai envoyé des bilans qui donnaient l’impression qu’Alameda était moins risquée qu’elle ne l’était.
Procureur : Pourquoi n’y avait-il pas assez d’argent pour les clients en novembre 2022 ?
Ellison : Parce que nous avons dû le prendre pour rembourser les prêteurs.

🔵 18:38 Caroline Ellison est appelée à la barre. Le procureur des USA commence son intérrogatoire.

Procureur : Comment connaissez-vous l’accusé ?
Ellison : À Jane Street puis Alameda. Nous sommes sortis ensemble pendant quelques années.
Procureur : Avez-vous commis des crimes ?
Ellison : Fraude.
Procureur : Avec les autres ?
Ellison : Oui
.
Procureur : Quelle a été son implication dans les crimes ? ( à propos de Sam Bankman-Fried )
Ellison : Il était à la tête d’Alameda puis de FTX. Il m’a ordonné de commettre ces crimes.
Procureur : Qu’est-ce qui vous rend coupable ?
Ellison : Alameda a pris plusieurs milliards de dollars aux clients de FTX et les a utilisés pour des investissements.
Procureur : Quel a été le rôle de l’accusé ?
Ellison : Il a mis en place ce système et nous a dit de prendre l’argent.
Procureur : Combien Alameda a-t-elle pris à FTX pour rembourser ses dettes ?
Ellison : Environ 10 milliards de dollars. En fin de compte, environ 14 milliards de dollars.

Le témoignage de Gary Wang se poursuit

🔵 18:19 Le procureur américain reprend la main sur l’intérrogatoire et questionne Gary Wang sur ses négociations avec les autorités américaines. Dans trois des quatre chefs d’accusations qui lui sont reprochées, Gary Wang déclare avoir été impliqué aux côtés de Sam Bankman-Fried, Nishad Singh, et Caroline Ellison.

Procureur : Lors de votre première rencontre avec le gouvernement, avez-vous admis avoir commis des crimes avec l’accusé ?
Gary Wang : Oui.
Procureur : Que vous a-t-on dit de faire ?
Wang : De dire la vérité ou de ne pas avoir de « motion 5K », voire pire.

Une « 5K » ou une « motion 5K » dans le système fédéral américain désigne une requête déposée pour demander une peine moins sévère si l’accusé coopère avec le gouvernement en fournissant un témoignage utile dans le cadre de l’enquête.

La parole à l’avocat de Sam Bankman-Fried

🔵 17:44 – Reprise du procès. L’avocat de SBF continue son offensive contre Gary Wang et l’interroge à propos de son accord avec les autorités américaines.

Everdell : Ensuite, il y a eu des séances de négociation avec les procureurs, n’est-ce pas ?
Gary Wang : Oui.
Everdell : Vous avez signé un accord de soumission, n’est-ce pas ?
Wang : Oui.
Everdell : Il y est dit qu’il ne s’agit pas d’un accord de coopération, n’est-ce pas ?
Wang : Oui. C’est exact.

Everdell : Lors de vos cinq entretiens avec le gouvernement, vous avez passé en revue tous les événements, n’est-ce pas ?
Gary Wang : Oui.
Everdell : Les charges sont assorties d’une peine maximale de 50 ans ?
Wang : Oui.
Everdell : Mais les États-Unis pourraient envoyer une lettre au tribunal ?
Wang : Oui.

🔵 17:15 Le contre-interrogatoire se poursuit. Everdell interroge Gary Wang sur les jours qui ont suivis la faillite de FTX, soulignant sa volonté de coopérer avec les autorités américaines sous le conseil de ses avocats.

Everdell : Nishad Singh a quitté les Bahamas avant vous, lui le 9 novembre, n’est-ce pas ?
Gary Wang : Oui. Il semblait désemparé. Il est retourné aux États-Unis. Je suis resté quelques jours de plus .
Everdell : Vous et Sam avez rencontré les régulateurs des Bahamas, le 12 novembre, ils voulaient vous voir, n’est-ce pas ?
Gary Wang : Oui.
Everdell : Vous deviez transférer les actifs aux autorités, n’est-ce pas ?
Gary Wang : Oui. Des officiers de police se sont présentés vers 21 heures au bureau.
Everdell : Pas à l’appartement ?
Gary Wang : Non. Ils ont demandé nos passeports. Nous avons obtempéré.
Everdell : Le 13 novembre, vous avez engagé des avocats à New York, n’est-ce pas ?
Gary Wang : Oui. Je voulais envisager de coopérer.
Everdell : Vous deviez agir rapidement ?
Wang : C’était préférable.
Everdell : Vos avocats ont rencontré les procureurs puis se sont envolés vers les Bahamas pour vous rencontrer ?
Wang : Oui
.

Inner City

🔵 17:02 L’ancien bras droit de Sam Bankman-Fried continue de répondre à l’un des avocats de SBF.

Everdell : Le tweet de Changpeng Zhao a-t-il eu un effet sur le bankrun qu’a connu FTX ?
Gary Wang : Je ne suis pas sûr que ce soit ça ou les fuites de données financières (les révélations de CoinDesk).
Everdell : Combien d’argent a été retiré de la plateforme, par heure, sur la journée du 6 novembre ?
Gary Wang : Environ 100 millions de dollars par heure. Nous étions en perte de 8 milliards de dollars.

🔵 16:15Christian Everdell, l’un des avocats de Sam Bankman-Fried, demande à Gary Wang :

Vous ne saviez pas ce qu’Alameda pouvait ou ne pouvait pas faire avec les fonds déposés sur ses comptes bancaires, n’est-ce pas ?

Gary Wang répond : « Non ».

🔵 16:10 – Le rôle de Binance est abordé. L’avocat de Sam Bankman-Fried demande à Gary Wang si Binance a « accepté d’acheter (une) participation qui sera vendue en novembre 2022 ? ». Nous noterons qu’il s’agissait d’une participation en FTT.

Gary Wang répond simplement : « Oui ».

🔵 16:00 – Gary Wang revient sur les emprunts effectués par Alameda Research auprès de FTX. Il affirme en avoir eu connaissance « lorsque Sam (lui) a demandé de calculer le montant des intérêts qu’ils devaient ».

Reprise du procès

La deuxième semaine du procès de Sam Bankman-Fried va s’ouvrir aujourd’hui vers 16h00. L’occasion de terminer le témoignage de Gary Wang – ancien chef de la technologie de FTX – débuté en fin de semaine dernière.

Mais l’évènement important de cette journée sera sans aucun doute l’interrogatoire de Caroline Ellison, ancienne PDG d’Alameda Research. Car les révélations de l’ancienne petite amie de Sam Bankman-Fried pourraient bien apporter des éléments essentiels dans le cadre de son procès.

Vendredi 6 octobre – 4ᵉ jour du procès

Retour sur cette journée de procès pour Sam Bankman-Fried

🔵 23:30 – Alors que le week-end pointe le bout de son nez, la quatrième journée de procès pour Sam Bankman-Fried s’est achevée. Quelques point à retenir :

  • Le témoignage de Gary Wang, cofondateur de FTX et bras droit de SBF – qui a duré plus de 4 heures – s’est terminé pour aujourd’hui. Il reprendra le mardi 10 octobre.
    Ce dernier a expliqué que quelques mois après la création de FTX, en 2019, Alameda a reçu des privilèges. Captures d’écran de la base de données et code GitHub de FTX à l’appui, Alameda avait une autorisation de crédit de 65 milliards de dollars.
  • Puis en 2020, SBF aurait demandé à faire évoluer ce code pour que l’autorisation d’Alameda ne dépasse pas les revenus de FTX.
  • Nous avons également appris qu’en 2021, SBF aurait demandé au témoin et à Caroline Ellison de déplacer le déficit de FTX sur Alameda.
  • La fermeture d’Alameda Research aurait été envisagée par la suite en 2022, cependant, la dette de l’entreprise s’élevait alors à 14 milliards de dollars ce qui était trop important.

Affaire à suivre le 10 octobre. Journée importante pour le procès puisque nous attendons à la fois la fin du témoignage de Wang ainsi que le début de celui de Caroline Ellison.

Bon week-end !

Reprise de l’interrogatoire de Gary Wang

🔵 17:40 – Gary Wang est par la suite questionné sur le fonds de garantie dédié aux actifs des utlisateurs, une nécessité en cas de faillite de la société. Ce dernier explique alors qu’il n’existait pas, et que celui fourni par FTX était faux. Les fonds des clients n’avaient pas de garanties.

Tribunal : Le soi-disant fonds de garantie, était-ce un chiffre réel ?
Wang : Non.
Tribunal: S’agissait-il d’un faux numéro ?
Wang : Oui.
Tribunal : Le public a-t-il été informé que le numéro de la caisse d’assurance figurant sur le site était faux ?
Wang : Non.

🔵 17:05 – Gary Wang déclare que début 2020 il a « effectué une requête dans la base de données : le solde d’Alameda était plus négatif que les revenus de FTX ».

Le tribunal lui demande quels étaient les revenus de FTX ?
Gary Wang répond « environ 150 millions de dollars »
Le tribunal : « et dans quelle mesure Alameda était-il en négatif ?
Gary Wang : « 200 millions de dollars ou plus
»

🔵 17:00 – A la question posée par le procureur US « Quel est le montant de la ligne de crédit que l’accusé a autorisé à Alameda ? » Gary Wang répond « 65 milliards de dollars ». Il précise par la suite qu’aucune entité à part Alameda avait ces autorisations.

🔵 16:45 – Selon les déclarations de Gary Wang – Alameda aurait été en mesure de « retirer plus que ce qu’il y avait sur son compte, soit environ 8 milliards de dollars en fiat et en crypto »

Le tribunal lui demande alors d’où provenaient les fonds impliqués.

« Des clients FTX », répond Gary Wang.

Le tribunal demande ensuite : « y avait-il une limite au montant du retrait d’Alameda ? » Gary Wang répond simplement : « Non ».

🔵 16:00 – Le procès reprend avec l’interrogatoire de Gary Wang qui se poursuit. Il s’agit pour le cofondateur de FTX de compléter ses propos tenus hier concernant les relations entre FTX, Alameda et leurs dirigeants respectifs.
Ce dernier reprend et continue d’expliquer qu’Alameda avait une porte dérobée chez FTX directement « dans le code », un code qui permettait au compte d’Alameda d’avoir un « négatif autorisé qui lui permettait de négocier plus que ce qu’il y avait sur son compte. »

🔵 12:00 – En attendant le début du 4ᵉ jour de procès qui débutera vers 16h, heure française, nous vous proposons un retour complet sur les évènements du troisième jour de procès FTX dans cet article.

Retour sur les évènements de la nuit

🔵 07:00 Alors que l’Europe tombait dans les bras de Morphée, le troisième jour de procès de Sam Bankman-Fried s’est terminé. Les interrogatoire de Yididia et de Huang se sont donc également achevés. Voici ce qu’il faut retenir avant l’ouverture du 4ème jour à 16h :

  • Adam Yididia, ancien colocataire de SBF au MIT et employé de FTX, a témoigné et souligné les problèmes de gestion qu’il a signalé jusqu’à finalement démissionner dévoilant une erreur de code qui aurait permis la fuite de plusieurs milliards de dollars.
  • La défense de SBF a réussi à faire admettre à Yididia qu’il était bien payé (200 000 dollars par mois) et que Sam Bankman-Fried lui avait offert beaucoup d’avantages en nature, non sans se faire objecter régulièrement par les procureurs US.
  • Matt Huang, associé du fonds d’investissement Paradigm, était le second témoin de ce troisième jour. Il a expliqué le contexte autour de l’investissement de 125 millions de dollars de Paradigm dans l’énorme cycle de financement de série B de 900 millions de dollars de FTX clôturé en juillet 2021. Ce dernier a aussi fait part de la réticence de SBF à ce que Paradigm rejoigne le conseil d’administration et a confirmé que SBF lui a assuré qu’Alameda et FTX ne mélangeaient pas leurs fonds.
  • L’interrogatoire de Gary Wang, bras droit de SBF, a également commencé. Un interrogatoire accablant dans lequel Wang a admis avoir « autorisé Alameda à retirer des fonds illimités ».

>> Les arnaques et autres Ponzi vous inquiètent ? Ledger a la solution (lien commercial) <<

Jeudi 5 octobre – 3ᵉ jour du procès : « Alameda avait utilisé les dépôts de ses clients »

Le procureur interroge M. Huang cofondateur de Paradigm

🔵 21:20 Question du procureur américain à Huang : « Vous a-t-on dit que FTX transférait de l’argent de ce cycle de financement à Alameda ? ». La réponse de Huang :

Non. Et nous n’aurions pas investi. Nous attendons des gens qu’ils fassent ce qu’ils disent (…) Nous avons investi 278 millions de dollars. Nous avons tout perdu.

🔵 21:00 – Audition d’un nouveau témoin, Matt Huang cofondateur de Paradigm. Ce dernier explique que son entreprise avait des démêlés avec Alameda Research et aborde la corresondance entre Paradigm et Sam Bankman-Fried :

Nous avons exprimé nos inquiétudes quant à une fuite de l’argent vers Alameda. Nous étions préoccupés (…).

L’avocat de Sam Bankman-Fried interroge M. Yedidia

🔵 20:50 – Voilà maintenant quasiment une heure que le procès a repris. Pendant ce temps, Everdell l’avocat de SBF a continué l’interrogatoire de Yedidia, ancien collègue et colocotaire de SBF :

Si Alameda a pris l’argent, cela signifie qu’elle n’avait pas d’argent en propre. Cela signifiait que l’argent avait tout simplement disparu.

Source

🔵 18:45 – Pause déjeuner. En attendant la reprise, vous pouvez toujours consulter notre article sur les deux jets privés de Sam Bankman-Fried que la Justice US souhaiterait saisir dans cet article.

🔵 18:15 – L’avocat de Sam Bankman Fried interroge le témoin et passe à l’attaque. Il essaye de souligner la responsabilité des uns et des autres pour dédouaner Sam Bankman-Fried.
Il a également souligné que le témoin était proche de Sam Bankman-Fried et de ses lieutenants, tentant ainsi de le déstabiliser. Il a aussi insisté sur le fait que Yedidia vivait avec Nishad Singh et Caroline Ellison et qu’il a su profiter du train de vie à la FTX. En bref, l’avocat de la défense souligne que M.Yedida a négocié sa liberté auprès des autorités US en échange de son témoignage.

« Quelle a été votre réaction face à une dette de 8 milliards de dollars ? »

🔵 18:10 – Après avoir expliqué que Sam Bankman-Fried, trois mois avant l’effondrement de FTX, souhaitait avoir d’avantage d’investissement venant des Émirats arabes-Unis ou tout du moins au Moyen-Orient. Yedidia explique avoir démissionné à ce moment.
Une décision qui pousse l’avocat représentant les États-Unis à clore son interrogatoire avec cette question : « Qu’est-ce qui avait changé ? » au témoin de répondre :

J’ai appris qu’Alameda avait utilisé les dépôts de ses clients pour rembourser ses prêts. Cela semblait être complètement malhonnête.

Source

🔵 17:40 – Et à la question « Quelle a été votre réaction face à une dette de 8 milliards de dollars ? », Yeddia répond :

Cela m’a semblé énorme. Je suis allé parler à Sam. J’ai demandé : Est-ce que tout va bien ? Il a dit ouais, ouais et quelque chose pour me rassurer.

Source

🔵 17:35L’employé de la bourse LedgerX poursuit son témoignage. Il est questionné sur la communication de l’entreprise sur Signal et sur le fait qu’il fallait veiller à la suppression des messages. Ainsi, à la question « Qui a mis en œuvre la suppression automatique ? », le témoin répond :

Sam. Il a dit qu’il n’y avait que des inconvénients à conserver les messages. Si les régulateurs découvrent des choses qui ne leur plaisent pas, cela pourrait être mauvais pour l’entreprise. 

Source

🔵 17:00 – Nouvelle révélation d’un employé (Jim Outen) de la bourse LedgerX (rachetée par FTX) : selon ce dernier, le code de la plateforme FTX comporte « quelques endroits (…) où Alameda bénéficie d’un traitement spécial ».
Bien que remonté jusqu’au directeur de l’ingénierie chez FTX, Nishad Singh, le signalement de ce « problème » n’a entrainé aucune réaction de la part des dirigeants. Il montrait pourtant une dette de 8 milliards de dollars du côté d’Alameda.

Ouverture de la troisième journée de procès FTX pour Sam Bankman-Fried

🔵 16:00La troisième journée de procès commence aux États-Unis pour Sam Bankman-Fried. Depuis hier, nous avons déjà (et encore) appris de nouveaux scandales concernant l’ex-patron de FTX. Ce dernier s’est ainsi offert deux jets privés qui seraient sur le point d’être saisis par la justice US.

🔵 11:40 – Un point sur ce que l’on sait sur les premiers jours du procès vous est proposé dans cet article.

🔵 07:20 – La nuit est donc passée, et il est temps pour nous avant de commencer ce troisième jour de procès de faire le point sur les évènements de la nuit qui ont clôturé la deuxième journée. Nous retiendrons :

  • Les premières heures du procès ont permis à chaque partie, au DoJ comme à la défense de SBF, d’exposer leurs arguments.
  • Le jury sélectionné est composé de 12 personnes.
  • Le DoJ accuse fermement SBF d’avoir délibérément menti et « volé les fonds de ses clients ».
  • La défense de SBF, elle, accable Caroline Ellison.
  • Le rôle de Binance a également été souligné par la défense de SBF (pour en savoir plus).
naufrage FTX

Mercredi 4 octobre – 2e jour du procès : La défense de SBF attaque Caroline Ellison

Premier Témoin : un trader français

🔵 21:08 – Les avocats de Sam Bankman-Fried demandent de retirer une preuve du procès (des yatchs aux Bahamas) le juge Kaplan en charge de l’affaire le refuse. Les premiers témoins vont être demain.
Il s’agit de Mark Julliard, trader français et ancien client de FTX et Adam Yedidia, ami de SBF et ancien employé Alameda. Nous vous ferons un point des évènements de la nuit demain matin.

🔵 20:30 – Après une heure de pause, c’est la reprise du procès. les plaidoiries d’ouverture sont closes et c’est le moment des demandes juridiques.

Plaidoirie de l’avocat de Sam Bankman-Fried

🔵 19:30 – Après le gouvernement est venu le tour de la plaidoirie de Mark Cohen, un des avocats de Sam Bankman-Fried. Dans le flot de mots pour soutenir son client et attaquer Caroline Ellison, nous retiendrons quelques citations, âmes sensibles, s’abstenir.

Sam n’a fraudé personne. Il a agi de bonne foi. Il n’y a pas eu de vol. Sam pensait que les prêts à Alameda étaient autorisés. Ils étaient ouverts et connus au sein des deux sociétés. Sam n’a volé personne. (…) Sam a travaillé dur. C’était un nerd en mathématiques qui ne buvait pas et ne faisait pas la fête. Il a travaillé pour une entreprise traditionnelle à Wall Street (…)
Compte tenu de la bonne foi de Sam, comment pourrait-il y avoir un vol ? Il n’y en avait pas. Il ne s’agissait pas d’un grand projet frauduleux. En 2021, il abandonne son rôle de PDG d’Alameda. Il a confié le poste à Caroline Ellison et à une autre, puis uniquement à elle. (…) Cette affaire implique 3 témoins : Mme Ellison, M. Wang et M. Singh. Chacun a plaidé coupable. (…) maintenant ils doivent témoigner en faveur du gouvernement.

Source

Plaidoirie de l’un des procureurs américains, M. Rehn

🔵 19:00 – La sélection du jury enfin achevée, l’un des procureurs US, M. Rehn, est revenu sur l’affaire FTX et la gestion catastrophique des fonds de ses clients. C’est le moment des plaidoiries. Quelques morceaux choisis :

Une plateforme d’échange est censée gagner de l’argent en prélevant des frais, et non en prenant l’argent des clients. Vous avez peut-être entendu parler du Bitcoin. C’est un exemple de cryptomonnaie. Les clients de FTX ont déposé des fonds. Comment l’accusé les a-t-il convaincus de lui faire confiance ? (…) Il a ouvert un compte bancaire lié à Alameda. Il a menti à une banque pour ouvrir un compte bancaire à Alameda. Puis il a menti aux clients. Il s’est emparé de milliards de dollars, les clients n’avaient aucun moyen de le savoir.(…) Il a vendu des millions de dollars d’actions en mentant. Et il a menti aux prêteurs d’Alameda en leur envoyant de faux documents. Vous verrez ici comment il l’a dépensé. Il l’a placé dans des investissements pour s’enrichir. Il a versé des dons politiques à Washington DC.

Source

Sélection du jury pour le procès FTX

🔵 17:20 – Alors que les jurés s’installent et que les premiers témoignages se préparent pour le début d’après-midi, les analystes de Nansen font quelques révélations sur les évènements précédant la faillite de FTX. Une série de transactions douteuses entre FTX et Alameda montrerait :

  • L’étroite relation entre les deux entités, toutes deux fondées par Sam Bankman-Fried.
  • 4,1 milliards de dollars de jetons transférés d’Alameda à FTX, en plus de transferts continus de stablecoins équivalant à 388 millions de dollars.
  • FTX détenait environ 280 millions de FTT, soit 80 % de l’approvisionnement total, et que d’importantes quantités de FTT étaient échangées entre les portefeuilles d’Alameda et FTX.

🔵 17:00 – La sélection du jury dans le procès des États-Unis contre Sam Bankman-Fried suit son cours. Les jurés exposent leurs différents impératifs au juge Kaplan.

🔵 16:00 Avant même que son procès pour de multiples fraudes ne s’ouvre, Sam Bankman-Fried fait encore parler de lui par le biais de son biographe Michael Lewis. Dans son nouveau livre « Going Infinite », ce dernier explique que SBF ne voulait surtout pas voir ses employés s’enrichir.
Voyant les prix de plus en plus élevés du token SRM du projet Serum en 2021, le patron de FTX aurait changé les règles en bloquant les SRM, pour que ses subordonnés ne puissent pas les revendre, et les obliger à attendre.
Ainsi, alors que le token de Serum avait atteint les 12 dollars en 2021, il ne vaut désormais plus que… 0,04 dollar (une moins-value de -99,5%). SBF a donc réussi sa manœuvre : ses employés sont ruinés plutôt que d’être multimillionnaires.

FTX milliards d'actifs récupérés

Mardi 3 octobre – Le procès de Sam Bankman-Fried commence

🔵 19:00Quelques points sont à retenir avant la suite du procès et le début de la seconde journée. Le procès devrait durer 6 semaines. Sam Bankman-Fried a accès à un ordinateur qui n’a pas internet et aucune caméra ne sera autorisée dans la salle d’audience.

🔵 16:30 Cette première journée est dédiée à la sélection du jury.

Les catastrophes et les hacks, ça n’arrive pas qu’aux autres ! Il vaut mieux ne jamais confier la sécurité de vos cryptomonnaies à un tiers. Pour dormir l’esprit tranquille, équipez-vous d’un  wallet hardware sécurisé Ledger, il y en a pour toutes les bourses. Votre sécurité n’a pas de prix (lien commercial).

cropped-favic-1

Le Journal Du Coin

Un article de la rédaction. Le Journal du Coin, premier média d’actualités francophone sur la cryptomonnaie, Bitcoin, et les protocoles blockchain.

Sources


Article information

Author: David Lee

Last Updated: 1699290482

Views: 1319

Rating: 4.6 / 5 (46 voted)

Reviews: 82% of readers found this page helpful

Author information

Name: David Lee

Birthday: 1929-08-05

Address: 462 Cline Key Suite 485, North Ninastad, KS 67999

Phone: +4758774938554868

Job: Article Writer

Hobby: Drone Flying, Kite Flying, Sewing, Video Editing, Origami, Lock Picking, Card Collecting

Introduction: My name is David Lee, I am a variegated, welcoming, multicolored, resolved, Determined, vivid, sincere person who loves writing and wants to share my knowledge and understanding with you.